Le Gaucho - Wild West Movies: le cinéma du far-west

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Le Gaucho

Le Gaucho


Réalisateur : Jacques Tourneur
Acteurs : Rory Calhoun, Gene Tierney, Richard Boone, Hugh Marlowe, Everett Sloane, Enrique Chaico, Jorge Villoldo, Ronald Dumas, Lidia Campos
Scénario : Philip Dunne d'après le roman "Way of a Gaucho" de Herbert Childs
Photographie : Harry Jackson
Musique : Sol Kaplan
Son : Eugene Grossman, Harry M. Leonard
Montage : Robert Fritch
Direction artistique : Mark-Lee Kirk et Lyle R. Wheeler
Décors : Thomas Little, Bruce MacDonald
Costumes : Charles Le Maire et Mario Vanarelli
Production : Philip Dunne
Société de production : Twentieth Century Fox
Nationalité : américain
Genre : Western
Durée : 1 h 31 min
Année : 1952
Titre original : Way of a Gaucho



Résumé du film



Argentine, 1875. À la mort de son père, Don Miguel rentre au pays pour prendre les rênes de l’hacienda familiale. Il y retrouve Martin, un ami d’enfance qu’il considère comme son frère. De chaleureuses, les retrouvailles passent à  orageuses quand Martin tue le cow-boy qui refuse de trinquer au retour du fils prodigue. Désormais hors-la-loi, il s’acharne à préserver les grandes plaines de la pampa en empêchant par les armes le chemin de fer de les traverser. Traqué par le major Salinas dont il préserve pourtant la vie, fragilisé par l’amour qu’il porte à la belle Teresa Chavez, Martin tente de fuir vers le Chili



A propos du film

Filmé à l'état sauvage dans l'Argentine des années 50. La beauté des lieux est fantastique et elle seule rend le film intéressant à regarder. Non seulement la pampa sans fin et les Andes sont à couper le souffle, mais aussi les villes et les villages, avec leurs anciens bâtiments et églises de style espagnol sont incroyablement évocateurs. La photographie est précise, les couleurs sont magnifiques. L'histoire est simple et divertissante, mais peut-être trop mélodramatique. Le dialogue est un peu déclamatoire. Les personnages de Martin - Rory Calhoun et Salinas - Richard Boone ne sont pas entièrement réaliste. Ensuite, bien sûr, il ya Gene Tierney, dans le rôle de Teresa, sa splendeur inégalée remporte la victoire face à la beauté des paysages argentins (j'avoue que je ne suis pas un juge équitable dans cette affaire). Dans un premier temps, nous la voyons ébouriffée, avec sa chemise déchirée découvrant une épaule (presque un sein, elle vient d'être enlevé par un Indien). A l'époque, c'était considéré comme légèrement érotique ! Martin arrive pour la sauver. Suit une longue promenade dans la pampa.
Bref, le récit de ce "Gaucho" est une bonne manière de passer 90 minutes en famille, et Bien sûr, un must pour les fans de Gene Tierney.


Acheter le dvd et le Bluray

Le Gaucho [Blu-ray]



Le Gaucho



<Précédent - Suivant>





Le Gaucho (Way of Gaucho, 1952)
Galerie photos
Votre vote pour le film
Imprimer
Contact


Anecdotes autour du film

Anecdotes autour du film

Jacques Tourneur avait la réputation d'accorder le plus grand soin à la photographie. Ses films fantastiques en noir et blanc (LA FÉLINE, Cat People, 1942 ; VAUDOU, I Walked with a Zombie, 1943 ; THE LEOPARD MAN, 1943 ; RENDEZ-VOUS AVEC LA PEUR, Night of the Demon, 1957) demeurent célèbres mais on lui doit aussi de nombreuses réussites en couleurs utilisées dans des westerns - Le passage du canyon (Canyon Passage, 1946) ; Un jeu risqué, (Wichita, 1955) ; L'or et l'amour, (Great Day in the Morning, 1956) - et plusieurs films d'aventures.


C'est Henry King qui avait été prévu comme réalisateur, mais trois jours avant le début du tournage, la maladie de sa femme l'en empêcha. Patron de la 20th Century Fox, Darryl Zanuck demanda à Jacques Tourneur qui, l'année précédente, avait tourné LA FLIBUSTIÈRE DES ANTILLES avec Jean Peters et dont le scénario était déjà l'oeuvre de Philip Dunne, de prendre sa place. Une fois arrivé en Argentine, alors dirigée par le général Perón, le réalisateur eut la possibilité de parcourir le pays pendant six semaines puis passa six autres à étudier l'espagnol. En vain, il tenta de faire remplacer Gene Tierney qu'il jugeait « trop Nouvelle-Angleterre » par Jean Peters.


À la demande de Zanuck, quelques séquences filmées par Henry Levin - sans doute à l'insu de Jacques Tourneur - furent ajoutées pour mettre en valeur le côté héroïque du personnage joué par Rory Calhoun.


Extraits en musique
Vos commentaires sur le film
HTML Comment Box is loading comments...
+
Référencement Professionel
Retourner au contenu | Retourner au menu