Le gaucher - Wild West Movies: le cinéma du far-west

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Le gaucher

Le gaucher


Réalisateur : Arthur Penn
Acteurs : Paul Newman, John Dehner, Hurt Hatfield, Lita Milan, James Congdon, James Best, Denver Pyle, Nestor Paiva, Lane Chandler, Jess Franco, John Dierkes, Robert Anderson
Scénario : Leslie Stevens, d’après une pièce de théatre de Gore Vidal
Photographie : J. Peverell Marley
Montage : Folmar Blangsted
Musique : Alexander Courage
Son : Earl Crain Sr.
Direction Artistique : Art Loel
Costumes : Marjorie Best
Pays : Etats-Unis
Genre : Western
Durée : 1 h 40 min.
Année : 1958
Production : Harroll Productions
Titre original : The Left Handed Gun



Résumé du film


De 1877 à 1881, dans l'Ouest américain. Une nouvelle version de la vie d'un personnage célèbre dans la mythologie du Far-West : Billy le Kid. Un garçon primitif, aux réactions violentes, commet une série de meurtres pour venger son patron assassiné.



A propos du film


Le film de Arthur Penn - Le premier du futur auteur de Little Big Man - se présente comme le portrait le plus lucide et le plus fidèle que le cinéma nous ait proposé de William Bonney dit Billy le Kid. La vision de Penn mérite un léger détour par le scénario très solide qui charpente toute l'oeuvre.
Billy est un être frustre, un peu obstiné mais empli d'une grande générosité qu'il reporte sur un fermier déjà âgé. Lorsque celui-ci est abattu, Billy ne jure plus que par la vengeance et c'est à ce projet mûrement réfléchi et patiemment accompli que nous assistons.
Issu de la télévision, Arthur Penn filme ce sujet un peu à la manière d'un reportage, c'est-à-dire qu'il recrée une sorte de spontanéité du mouvement que vient d'ailleurs renforcer le jeu de Paul Newman, qui passe sans transition d'un jeu intériorisé façon "Actor's Studio" à un réalisme brutal.
Penn à d'ailleurs fortement humanisé les personnages principaux de cette sanglante histoire notamment ceux de Billy le Kid et de Pat Garrett, le shérif lancé à la poursuite du jeune criminel. John Dehner, acteur peu connu spécialisé dans les seconds rôles et dans les séries télévisées, donne une vision très sobre et très mesurée de Garrett. Aucun de ces personnages ne paraissent jamais vraiment antipathiques (contrairement au Western moderne tendant à démythifier les trois quart des héros - bons ou moins bons - de l'Ouest) tant Penn a tenu à idéalisé ses protagonistes et à en renforcer même le côté noble. A ce titre, la fin du Gaucher est exemplaire.
Face à Pat Garrett (qui est d'ailleurs un de ses anciens amis), Billy fait mine de dégainer ce qui oblige le shérif à faire feu. Penn réévalue en une seule scène ses deux héros. D'un côté, la mort de Billy ressemble pour le hors-la-loi à un suicide plus ou moins travesti et pour Garrett à un meurtre involontaire dans la mesure où ce dernier n'a tiré que parcequ'il se croyait menacé.
Bien sûr, nous sommes assez loin de la vérité historique mais nous savons depuis Raoul Walsh et sa Charge Fantastique que celà est loin de nuire à la qualité d'un film.
Au niveau de la violence, Arthur Penn nous prouve déjà ici qu'il sera le futur auteur de Little Big Man et de The Chase. Violence désespérée, dégagée de toute fioriture, la vision que nous propose Arthur Penn de la mort et de la souffrance est l'une des plus fortes et des plus lucides du cinéma américain.


Acheter le dvd


Le gaucher



<Précédent - Suivant>








Le Gaucher (The Left Handed Gun, 1958)
Galerie photos
Votre vote pour le film
Imprimer
Contact


Anecdotes autour du film

Anecdotes autour du film

Contrairement à la légende qui veut que Billy le Kid, le héros du GAUCHER, ait été un tireur du bras gauche, il semble prouvé aujourd'hui qu'il ne savait au contraire tirer que de la main droite. La raison de son surnom provient du fait que l'unique photographie existante de lui une arme à la main avait été inversée au tirage...


Si LE GAUCHER est le premier film d'Arthur Penn, le futur réalisateur de MIRACLE EN ALABAMA et de BONNIE AND CLYDE, ce n'est en revanche qu'une des nombreuses œuvres consacrées à Billy le Kid. John Mack Brown le personnifia pour la première fois à l'écran en 1930 sous la direction de King Vidor dans Billy le Kid aux côtés de Wallace Beery dans le rôle de Pat Garrett. On vit par la suite, entre autres, Roy Rogers (en 1938), Jack Buetel (en 1941), Audie Murphy (en 1950), Scott Brady (en 1954), Nick Adams (en 1955), James Craig (en 1956), Geoffroy Duel (en 1970) et Kris Kristofferson (en 1973) interpréter à leur tour William "Billy the Kid" Bonney (1860-1881), sans oublier Robert Taylor, dont la MGM fit en 1941 un intéressant Billy le Kid, vêtu tout en noir.


Une grande partie des décors du Gaucher, utilisés pour la petite ville de Medaro dans le film, proviennent d'un film tourné par la Warner en 1939, Juarez, de William Dieterle.


Peu coutumier du genre, Arthur Penn n'a signé que trois westerns dans toute sa carrière. Le premier est Le Gaucher en 1958 avec l'une des jeunes valeurs montantes à Hollywood : Paul Newman. Douze ans plus tard, le metteur en scène de Bonnie and Clyde livre un vrai-faux western, plus proche de la comédie et fable picaresque avec Little Big Man. En 1976, Missouri Breaks marque sa dernière incursion dans le genre. L'expérience fut d'ailleurs particulièrement pénible pour le cinéaste, notamment en raison du comportement de Marlon Brando, avec qui les relations sur le plateau furent exécrables. Tellement d'ailleurs que le réalisateur décida rapidement de laisser l'acteur improviser comme bon lui semble autour de son personnage.


Le personnage véridique de Billy le Kid a inspiré de nombreux metteurs en scène américains, le premier étant King Vidor dont le "Billy le Kid" de 1930 est interprété par Johnny Mack Brown. En 1938, Roy Rogers reprend le rôle dans "Le retour de Billy le Kid", puis, en 1940, commence une série de "Billy le Kid au Texas" avec Bob Steele, en 1941 Scott Sherman continue dans "On recherche Billy le Kid" avec Buster Crabbe dans le rôle du hors-la-loi. Quarante épisodes sont tournés jusqu'en 1946. Il faut citer encore "Le Réfractaire" de David Miller, en 1941, avec Robert Taylor.  En 1943 c'est Howard Hugues qui s'attaque au personnage avec "Le Banni"; Il y aura ensuite "Le Kid du Texas", en 1947, de Kurt Newman, avec Audie Murphy". En 1958, c'est Arthur Penn qui nous gratifie du film "Le Gaucher". En 1960 León Klimovsky, tournera aussi un "Billy le Kid", version assez éloignée de la réalité. Puis en 1973, c'est Sam Peckinpah qui présente "Pat Garrett et Billy the Kid" et, en 1974, le réalisateur américain Stan Dragoti à tourné "Billy le cave". Une autre version "Billy the Kid", est due à William A. Graham en 1989. Enfin en 2006, Anne Feinsilber, tournera un film-documentaire "Réquiem pour for Billy the Kid"


Extrait du film
Vos commentaires sur le film
HTML Comment Box is loading comments...
+
Référencement Professionel
Retourner au contenu | Retourner au menu