Le dernier train de Gun Hill - Wild West Movies: le cinéma du far-west

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Le dernier train de Gun Hill

Le dernier train de Gun Hill (Last train from Gun Hill, 1959)
Votre note pour Le dernier train de Gun Hill
Imprimer
Acheter le film sur Amazon

Le Dernier train de Gun Hill


Réalisation : John Sturges
avec : Kirk Douglas (Marshal Matt Morgan), Anthony Quinn (Craig Belden), Carolyn Jones (Linda, la maîtresse de Craig), Earl Holliman (Rick Belden, le fils de Craig), Brad Dexter (Beero, le chef de Belden )
Auteurs & scénaristes : Les Crutchfield (d'après son histoire 'Showdown') et James Poe
Musique : Dimitri Tiomkin
Photographie : Charles Lang
Genre : Western
Durée : 1h38
Pays : Etats-Unis
Année : 1959
Titre original : Last Train from Gun Hill



Résumé du film


Matt Morgan, shérif de la petite localité de Pawnee, dans l'Oklahoma, s'est juré de retrouver les deux assassins de sa jeune femme Catherine, une Indienne, qui a été violée avant d'être abattue. Son fils Peter, qui a réussi à s'échapper, est revenu sur un cheval appartenant à l'un des coupables. La selle porte la marque d'un vieil ami de Matt, Craig Belden, un rancher devenu le maître d'une petite ville voisine, Gun Hill.
Matt et Craig ont une brève entrevue et la vérité se fait vite jour : les coupables sont le propre fils de Craig, Rick, et son inséparable acolyte, Lee Smithers.
Craig refuse de les livrer à la justice. Matt capture Rick et, cloîtré dans une chambre d'hôtel, soutient le siège organisé par Craig et ses hommes. Linda, la maîtresse de Craig, qui déteste Rick, est la seule à apporter de l'aide au shérif.
Le train qui doit conduire Matt et son prisonnier au tribunal est annoncé. Matt emmène Rick à la gare sous la menace de son fusil tandis que les hommes de Belden mettent le feu à l'hôtel... Smithers, qui tentait de délivrer son complice, tue Rick accidentellement avant d'être abattu à son tour. Pour finir, Matt et Craig se retrouvent face à face sur le quai de la gare... Matt tue Craig et prend le dernier train de Gun-Hill...



A propos du film


Ce très bon western de john Sturges bénéficie en premier lieu de l'affrontement puissant entre Kirk Douglas et Anthony Quinn. Douglas incarne ici un shérif dont la femme indienne a été assassinée par le fils d'un de ses amis. Ce dernier, interprété par Quinn, fera tout pour empêcher le shérif d'emmener son fils devant le tribunal, par le dernier train.
Plus que l'action violente proprement dite, c'est l'aspect psychologique du sujet qui, a intéressé le realisateur. Il s'est essentiellement attaché à dépeindre les rapports ambigus entre les deux principaux protagonistes de l'histoire. Il joue donc constamment sur la lutte sournoise et farouche à laquelle ces deux monstres sacrés se livrent, tirant parti autant que faire se peut de l'opposition de ces deux tempéraments.
Bien entendu, les aficionados pourront légitimement déplorer l'envahissement de ce dilemne cornélien somme toute assez sommaire (antagonisme entre les deux hommes qui furent amis) au détriment de l'action pure mais telle qu'elle se présente, l'oeuvre est assez passionnante pour qu'on la suive de bout en bout ; bien entendu, ce genre de situation exclut toute note d'humour et c'est crispé que l'on attend un dénouement qui ne peut être que tragique.



Acheter le film en dvd

Le Dernier Train De Gun Hill





<Précédent - Suivant>


Anecdotes

Devant le succès colossal remporté par Règlement de comptes à O.K Corral, le producteur Hal Wallis décida en 1959 de réunir l'essentiel de l'équipe précédente dans un nouveau western : même réalisateur, même directeur de la photographie, même musicien, même monteur, même décorateur, même acteur principal en la personne de Kirk Douglas. Mais l'audience de ce nouveau western fut loin d'être aussi considérable.

Kirk Douglas et Anthony Quinn avaient préalablement tourné deux autres films ensemble : ULYSSE de Mario Camerini (1954), en Italie, et LA VIE PASSIONNÉE DE VINCENT VAN GOGH de Vincente Minnelli (1956), dans lequel ils interprétaient respectivement Vincent Van Gogh et Paul Gauguin. Mais cette fois-ci, Anthony Quinn était l'égal sur l'affiche de Kirk Douglas.

Le scénariste James Poe est un auteur aux préoccupations très littéraires : on lui doit les scripts d'œuvres comme LE GRAND COUTEAU (The Big Knife, 1955) et ATTAQUE (Attack, 1956) de Robert Aldrich, LA CHATTE SUR UN TOIT BRÛLANT (Cat on Hot Tin Roof, 1958) de Richard Brooks et ÉTÉ ET FUMÉE (Summer and Smoke, 1961) de Peter Glenville, tous deux d'après Tennessee Williams, et aussi AUX POSTES DE COMBAT (The Bedford Incident, 1965) de James B. Harris, qui fut le collaborateur de Stanley Kubrick au début de sa carrière.


Bande annon du film en V.O.
Vos commentaires sur Le dernier train de Gun Hill
 
+
Référencement Professionel
Retourner au contenu | Retourner au menu