Le dernier des géants - Wild West Movies: le cinéma du far-west

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Le dernier des géants

Le dernier des géants (The shootist, 1976)
Votre appréciation du film
Imprimer
Acheter le film en dvd

LE DERNIER DES GEANTS


Réalisé par
: Don Siegel
Avec : John Wayne (J.B.Books), Lauren Bacall, (Bond Rogers), Ron Howard (Gillom Rogers), James Stewart  (Dr. E.W. Hostetler), Richard Boone (Mike Sweeney), Hugh O'Brian : (Jack Pulford), Bill McKinney (Jay Cobb), Harry Morgan (Marshal de Carson City), John Carradine (Hezekiah Beckum), Sheree North (Serepta, ex-petite amie de Books), Scatman Crothers (Moses Brown), Richard Lenz (Sam Dobkins), Gregg Palmer  (l'homme corpulent), Alfred Dennis  (le barbier), Dick Winslow (le conducteur de la voiture), Melody Thomas  (la jeune fille dans la voiture), Kathleen O'Malley  (l'institutrice).
Pays : USA.
Genre : Western, Drame
Durée : 1h 40min.
Année : 1976
Titre original : The Shootist
Producteur
: M.J. Frankovich, William Self
Production : Dino De Laurentiis Company
Société de distribution : Paramount Pictures
Scénario : Miles Hood Swarthout, Scott Hale
Histoire : Glendon Swarthout, d'après son roman
Musique : Elmer Bernstein
Directeur de production : Russell Saunders
Photographie : Bruce Surtees
Montage : Douglas Stewart
Décors : Robert F. Boyle
Costumes : Luster Bayless, Edna Taylor, Moss Mabry
Maquillage : Joe DiBella, Dave Grayson
Recette :
          
États-Unis ~ 5 987 000 $ US (5 987 000 €)



Résumé du film

Carson City, Nevada, 22 janvier 1901. J.B. Books, célèbre “tireur” devenu une légende vivante, vient se faire examiner par son ami le docteur Hostetler, qui lui confirme le diagnostic d'un autre médecin : il est atteint d'un cancer et n'a plus que quelques semaines à vivre.
Books
prend, sous un pseudonyme, une chambre à la pension de la veuve Rogers, où il a l'intention d'attendre seul la mort. Mais, son identité est vite découverte. Au marshall Thibido, venu lui ordonner de quitter la ville, Books doit avouer son état.
Il n'est dès lors, plus tranquille : un journaliste mercantile lui propose d'écrire sa biographie; Serepta
, un ancien grand amour qui l'avait quitté, lui rend visite pour se faire épouser ; deux hommes avides de gloire tentent de l'abattre une nuit dans son lit. Books, qui souffre de plus en plus malgré le laudanum, décide alors d'en finir.
Après avoir mis de l'ordre dans ses affaires, il envoie Gillom
, le fils Rogers, porter un message à Mike Sweeney, le frère d'une de ses victimes, à Jack Pulford, redoutable joueur et tireur qui aurait aimé se mesurer à lui, et à Jack Cobb, l'employeur et professeur de tir de Gillom qui voulait lui donner une leçon.
Le lundi 29 janvier 1901,
jour de ses cinquante et un ans, Books, endimanché, lègue sa montre en or et son argent à Mrs Rogers et son cheval à Gillom, puis se rend tranquillement au saloon Métropole. Là, après avoir salué ses adversaires et bu à son anniversaire, il engage le combat. Il tue tour à tour Cobb, Sweeney et Pulford. Blessé, Books est assassiné d'un coup de fusil dans le dos par le barman que Gillom, témoin de la scène, abat à son tour, avant de jeter son revolver à l'invocation muette de Books, moribond.



A propos du film

Ce film, dont le titre français semble être un hommage à son interprète principal, marque la rencontre entre John Wayne, vétéran du cinéma américain en général et du western en particulier et Don Siegel, l'un des meilleurs spécialistes du film d'action. Curieusement, les deux hommes n'avaient jamais tourné ensemble. Le film prouve qu'ils avaient eu tort.
D'autre part, il s'agit du dernier film tourné par John Wayne dans lequel certains y ont vu son testament cinématographique.
L'histoire est celle de John Books, redoutable tireur et justicier quasi légendaire qui apprend qu'il est atteint d'un cancer incurable. Il s'installe alors dans une petite pension de famille où le fils de la maison lui voue une admiration sans limite. Usé, vieilli, fatigué et désabusé, Books ne faillira cependant pas à sa légende et affrontera - une dernière fois - une bande de hors-la-loi.
Don Siegel abandonne ici son style percutant et glacé qui fait merveilles dans ses précédents films, pour une peinture nostalgique de la fin du siècle dernier et du début du vingtième. Fin d'un monde qui correspond aussi à la fin d'une vie. Le tireur d'élite, malade et condamné, est devenu anachronique dans un siècle où apparaissent déjà les premières automobiles 'l'action se situe en janvier 1901).
Dès lors, le dernier film de l'acteur lui ressemble un peu, car la fin du héros semble bien symboliser la fin de Wayne, mieux, il s'identifie complètement au comédien par le truchement d'extraits des plus célèbres films de Wayne que Siegel intercale habilement dans son oeuvre pour illustrer les exploits passés du personnage principal.
Et comme le héros se devait de mourir comme il avait vécu, Siegel termine son film par une fusillade mémorable où l'on retrouve tout le punch et la vivacité du réalisateur de L'inspecteur Harry. John Wayne ne pouvait rêver mieux pour achever sa filmographie.



Acheter le film en dvd

Le Dernier des géants



<Précédent - Suivant>




Anecdotes


LE DERNIER DES GÉANTS
est le dernier film interprété par John Wayne, qui mourut trois ans après la fin du tournage.


Le film joue des rapports entretenus par Wayne avec son personnage: l'un et l'autre sont des légendes vivantes rongées par un cancer: et le passé de Books évoqué au début du film l'est par des extraits de fims de John Wayne : LA RIVIÈRE ROUGE de Howard Hawks (1948), Hondo, l'homme du désert de John Farrow (1953), Rio Bravo (1959) et El Dorado (1967) de Howard Hawks.


Bande annonce du film en V.O.
 
+
Référencement Professionel
Retourner au contenu | Retourner au menu