Le dernier bastion - Wild West Movies: le cinéma du far-west

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Le dernier bastion

Le dernier bastion (The last outpost, 1951)
Votre appréciation du film
Imprimer

LE DERNIER BASTION


Réalisé par : Lewis R. Foster
Avec : Ronald Reagan, Rhonda Fleming, Bruce Bennett, Bill Williams, Noah Beery Jr., Peter Hansen
Pays : Américain
Genre : Western
Durée : 1H29
Année : 1951
Titre original : The Last Outpost



Résumé du film


En 1862, au Texas le long de la piste de Santa Fe par laquelle sont acheminés des convois d’or et de munition destinés à l’armée nordiste. Le Capitaine Vance Britten (Ronald Reagan), sur les ordres du Général Lee, mène une guérilla sans relâche contre les troupes de l’Union. Cependant lui et ses hommes ne font aucun mal à l’ennemi lors de ces raids incessants ; s’assurant surtout de pouvoir voler une belle provision de cigares, ils s’emparent en même temps de l’or et des fusils mais ne tuent pas leurs adversaires, les laissant juste regagner leur garnison à pied et sans bottes. Ces sabotages et humiliations répétées n’en agacent pas moins les Tuniques Bleues qui n’en peuvent plus d’être harcelées de la sorte. Un officier de l’Union est envoyé à Fort Point pour mettre fin aux agissements de Vance ; il s’agit de Jeb Britten (Bruce Bennett), son propre frère. On ne lui donne cependant guère de moyens pour agir. Sam McCloud (John Ridgely), trafiquant d’arme que n’arrange pas cette situation pour la bonne marche de ses affaires peu recommandables, donne l’idée à Washington de faire ‘embaucher’ les Apaches pour qu’aux côtés des soldats, ils combattent les rebelles. Malgré l’opposition de Jeb à cette proposition, l’Etat-major envoie le Major Riordan pour négocier avec les Indiens. Ayant eu vent de ce piège qui va leur être tendu, Vance fait prisonnier Riordan, endosse son identité et se rend chez les Apaches pour leur conseiller la neutralité…




A propos du film

The Last Outpost bénéficia du plus gros budget des productions William H. Pine et William C. Thomas, compagnie spécialisée dans la série B et dont les films étaient distribués par la Paramount ; ce fut aussi le plus gros succès à ce jour des deux hommes. Après l’anachronique et plaisant El Paso et l’excellent L’Aigle et le Vautour (The Eagle and the Hawk), tous deux avec John Payne, on attendait peut-être un peu trop de ce troisième western réalisé par Lewis R. Foster.
Attention, il ne s’agit pas d’un mauvais film, il possède même un certain charme par le fait de ne jamais vraiment se prendre au sérieux et grâce à la touche reconnaissable entre toute du scénariste Daniel Mainwaring (encore nommé Geoffrey Homes pour se cacher de la Commission sur les activités anti-américaines du sénateur McCarthy) qui faisait presque de la nonchalance un art, témoins les réjouissants Ca Commence à Vera Cruz (The Big Steal) de Don Siegel et le précédent western de Foster cité plus haut. Mais Le Dernier Bastion s’avère cette fois trop bénin pour arriver à retenir notre attention tout du long. Après une première moitié assez amusante, il n’arrive plus qu’à faire du sur place avant même de s’effondrer au moment où il veut reprendre son sérieux (peut-être voulu par les deux autres scénaristes ?) Quoiqu’il en soit, nous revoici plongé une fois encore au sein de la Guerre de Sécession mais ‘pour s’amuser’ cette fois. Le film de John Huston est déjà loin dans les esprits !


<Précédent - Suivant>


Bande annonce du film en V.O.
 
+
Référencement Professionel
Retourner au contenu | Retourner au menu