Le cavalier fantôme - Wild West Movies: le cinéma du far-west

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Le cavalier fantôme

Le cavalier fantôme (Brimstone, 1949)
Galerie photos
Votre évaluation du film
Imprimer


LE CAVALIER FANTÔME


Réalisateur : Joseph Kane
Acteurs : Rod Cameron, Lorna Gray, Walter Brennan, Forrest Tucker, Jack Holt, Jim Davis
Scénario : Thames Williamson - D’après l'histoire de Norman Hall
Photographie : Jack Marta  
Montage : Arthur Roberts
Musique : Nathan Scott
Direction Artistique : Frank Arrigo
Costumes : Adele Palmer
Son : T. A. Carman, Howard Wilson
Effets spéciaux : Howard, Theodore Lydecker
Pays : USA
Genre : Western
Durée : 1 H 30
Année : 1949
Titre original : Brimstone




Résumé du film


Les Courteen, un père et ses trois fils, sont une famille de riches éleveurs ruinés depuis l’arrivée des fermiers et de leurs clôtures. Le vieux Brimstone n’a toujours pas digéré le fait que des pionniers soient venus s’installer sur ses terres et transformant cet "Open Range" en innombrables petites parcelles. Avec deux de ses fils, tout en continuant à se faire passer pour un citoyen modèle, il compte bien le leur faire payer. Pour ce faire, il n’hésite pas à tuer, piller, mais surtout il dévalise les diligences transportant l’argent des colons-agriculteurs. Il compte ainsi dans un premier temps les ruiner pour ensuite se présenter à eux, leur proposant de racheter leurs terres que, bien sûr, il paierait avec le propre argent dérobé aux fermiers désormais aux abois. Mais un mystérieux cavalier fantôme, masqué et tout de noir vêtu, vient à son tour leur subtiliser l’argent volé, contrariant ainsi leurs plans.



A propos du film

Voici un western routinier signé d’un des cinéastes hollywoodiens les plus prolifiques qui soient, Joseph Kane. Il fut fidèle au modeste studio Republic de 1935 à 1958, tournant pour lui pas loin d’une centaine de séries B et Z à très petits budgets ; même si seulement une infime partie de sa production est parvenue jusqu’à nous, il faut bien avouer que ce qui nous a été permis de voir ne donne pas franchement envie d’en connaître davantage. Les films qu’il tourna avec John Wayne étaient franchement très moyens ; ce western-là se laisse regarder avec plus de plaisir même si l'on constate que le cinéaste n’a guère progressé malgré le nombre impressionnant de longs métrages déjà à son actif en cette fin de décennie. L’intrigue part un peu dans tous les sens et, même si elle demeure assez fluide, se révèle parfois inutilement compliquée ; mais à quelques reprises, certains retournements de situations arrivent néanmoins à nous surprendre, notamment dans la dernière partie du film. Ce scénario louchant vers l’intrigue policière est en fait le meilleur atout du film, faisant de ce dernier un spectacle assez plaisant, ménageant de l’action à revendre au détriment cependant de toute psychologie. Car Joseph Kane en est resté à une réalisation très basique, sans aucunes idées particulières, faisant confiance au monteur pour donner du rythme à son film. Du rythme, "Brimstone" n’en est d’ailleurs pas dénué mais sans que cela ne nous fasse jamais bondir de notre fauteuil. Au sein du casting Rod Cameron, même s’il ne fait pas d’étincelles, a pour lui sa carrure, son physique et sa taille qui lui donnent assez de prestance pour ne pas paraître ridicule dans son accoutrement d’homme de l’Ouest ; il est loin d’être désagréable et l'on se prend même à lui trouver de temps à autre une belle prestance. Mais évidemment, il fait pâle figure face au Brimstone du titre, un Walter Brennan que l’on croirait tout droit sorti de "La Poursuite infernale" ("My Darling Clementine") tellement les rôles se ressemblent. En patriarche respecté, dur, sévère et impitoyable, tueur et pilleur de banque, il domine le reste du casting. Dommage que les conventions et la paresse dominent l’ensemble car sinon le spectacle ne s’avère pas désagréable. Un divertissement sans ambition, idéal pour un après-midi pluvieux, aussitôt vu aussitôt oublié, mais pas dénué d’un certain charme à condition de ne surtout pas trop en demander. Bref, une fois encore, à réserver impérativement aux seuls inconditionnels du genre !



<Précédent - Suivant>

+
Référencement Professionel
Retourner au contenu | Retourner au menu