Le brigand bien-aimé 1956 - Wild West Movies: le cinéma du far-west

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Le brigand bien-aimé 1956

Le brigand bien-aimé (The true story of Jesse James, 1956)
Galerie photos
Imprimer



LE BRIGAND BIEN AIMÉ (1955)


Réalisateur : Nicholas Ray
Acteurs : Robert Wagner (Jesse James), Jeffrey Hunter (Frank James), Hope Lange (Zee), Agnes Moorehead (Mrs. Samuel), Alan Hale (Cole Younger), Alan Baxter (Remington), John Carradine (révérend Jethro Bailey), Frank Gorshin (Charley Ford), John Doucette (shérif Hillstrom), Rachel Stephens (Anne James), Barney Phillips (Dr Samuel), Biff Elliot (Jim Younger), Frank Overton (major Rufus Cobb), Barry Atwater (Attorney Walker), Marian Seldes (Rowena Cobb), Chubby Johnson (Askew), Alexander Campbell (le juge), Ken Clark (le sergent), Sally Corner (la veuve Keevey), Clegg Hoyt (Tucker), Jason Johnson (Marcus Grundy), Aaron Saxon (Alexander Wiley), Carl Thayler (Robby Ford).
Scénario : Nunnally Johnson, Walter Newman
Photographie : Joe MacDonald - couleur Technicolor
Montage : Robert Simpson
Musique : Leigh Harline
Direction artistique : Addison Hehr, Lyle R. Wheeler
Producteur : Herbert B. Swope Jr.
Maison de production : Twentieth Century-Fox Film Corporation
Année : 1955
Pays : États-Unis
Genre : western
Durée : 1 H 32
Titre original : The True Story of Jesse James



Résumé du film

A la fin de la guerre de sécession pendant laquelle ils ont combattu dans la brigade de Quantrill, Jesse James et son frère Frank, se considérant lésés par l'attitude des nordistes, entreprennent le pillage d'une série de banques de l'Ouest. Leur bande qui bénéficie d'appuis amicaux au sein de la population, ravage ainsi impunément toute une immense région. Leur activité criminelle mise à part, Jesse et Frank mènent une calme vie de famille auprès de leur mère et de leurs épouses.



A propos du film

Plus ambitieux et plus proche de la vérité hitorique (le titre original est explicite à ce sujet), ce film de Nicholas Ray, son quatrième western, tend à mettre à jour les causes politiques de la triste carrière de Jesse James. En fait, les frères James se sont mis à piller les banques parce qu'ils avaient été indignés de la conduite des Nordistes à leur égard. D'ailleurs, en dehors de leurs exploits criminels, les frères James nous sont présentés par Ray comme de paisibles citoyens rspectueux de la famille.
Néanmoins, Jesse James, sous les traits de Robert Wagner, apparaît toujours comme un être courageux, loyal et finalement sympathique.
Il n'en reste pas moins que le film de Nicholas Ray demeure d'avantage un film de réflexion sur les motivations profondes des frères James que celui, héroîque et manichéen, de Henry King. Mais du point de vue du plaisir distillé par l'aventure elle-même, l'oeuvre d'Henry King égale celle de Nicholas Ray.



Anecdotes

Il s'agit de la deuxième version du Brigand bien-aimé, tournée en septembre et Octobre 1956, la première ayant été signée par Henry King en 1939.


Nicholas Ray voulait au départ construire son film en s'imprégnant de la nostalgie d'un célèbre folk song sur la légende des frères bandits. Il souhaitait également rythmer son récit avec les couplets de cette chanson. Malheureusement les producteurs recherchaient une approche historique du personnage de Jesse James, et provoquèrent ainsi la colère du cinéaste qui n'a pas participé au montage et à la fin du film.


Dans Le Brigand bien-aimé, Nicholas Ray présente Jesse James comme un personnage faible et tourmenté. Il avait imaginé au départ ce héros comme un adolescent qu'on aurait battu et méprisé. Ainsi, la violence était le seul moyen qu'il avait pour s'exprimer.


De nombreux westerns ont mis en scène Jesse James, notamment incarné par Tyrone Power, Reed Hadley, Robert Wagner, Robert Duvall et James Keach, dans Le brigand bien-aimé de Henry King (1939), La ville des sans loi de Tim Welland (1946), J’ai tué Jesse James de Samuel Fuller (1948), Le brigand bien-aimé de Nicholas Ray (1956), Jesse James contre Frankenstein (1966) c'est John Lupton qui est dirigé par William Beaudine, La légende de Jesse James de Philip Kaufman (1972), Le gang des frères James de Walter Hill (1980) et American Outlaws de L. Mayfield (2001). Le dernier en date étant celui de Andrew Dominik, (2007):  L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford, avec Brad Pitt.


La légende de Jesse James est une folk song parmi les plus célèbres chantées aux Etats-Unis depuis plus d’un siècle. De nombreuses versions existent dont la suivante des frères Lomax qui inspira Nicholas Ray au cours du film. En effet, celui-ci rencontra les frères Lomax au cours des recherches sur le folklore américain qu'il fit pour le film et travailla avec eux. (Paroles en Anglais)


Acheter le film en dvd

brigand bien aimé (Le)




<Précédent - Suivant>




Le brigand bien-aimé (The true story of Jesse James, 1956) Le film en V.O. + Bande annonce V.O.

+
Référencement Professionel
Retourner au contenu | Retourner au menu