La gloire du cirque - Wild West Movies: le cinéma du far-west

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

La gloire du cirque

La gloire du cirque


Réalisateur : George STEVENS
Acteurs : Barbara STANWYCK, Preston FOSTER ,Melvyn DOUGLAS ,Moroni OLSEN, Pert KELTON, Andy CLYDE, Chief THUNDERBIRD, Margaret ARMSTRONG, Delmar WATSON , Ernie ADAMS, Richard ALEXANDER, Philip ARMENTA, Frank AUSTIN, Brooks BENEDICT, Willie BEST, Stanley BLYSTONE, Eddie BORDEN, Harry BOWEN, Sonny BUPP, Iron EYES CODY, James DIME, Eddie DUNN, Dick ELLIOTT,  Bud GEARY, Donald HAINES, Charlie HALL, Sam HARRIS,  Otto HOFFMAN, Brandon HURST, Gladden JAMES, Si JENKS,  Donald KERR, George LOLLIER, Walter LONG, Theodore LORCH, Joe Smith MARBA, Jim MASON, Philo McCULLOUGH, Robert McKENZIE, Sammy McKIM, Lew MEEHAN, Frank MILLS, Jack RICE, Will STANTON, Jerry TUCKER, E. Alyn WARREN, Blue WASHINGTON
Scénario : Joel SAYRE, John TWIST - D'après une histoire de Joseph FIELDS, Ewan ADAMSON  
Photographie : J. Roy HUNT, Format/Ratio : 1.37:1 - Noir et blanc
Musique : Alberto COLOMBO
Montage : Jack HIVELY
Décors : Van Nest POLGLASE
Producteur : Cliff REID
Maison de production : RKO Radio Pictures
Genre : Western
Pays : Etats-Unis
Durée : 1 h 30
Année : 1935
Titre original : Annie Oakley





Résumé du film


Annie Oakley (Barbara Stanwyck ) est une jeune fermière qui abat avec dextérité des perdrix pour en faire commerce. Son idole reste Toby Walker (Preston Foster ) qui officie dans les spectacles (« Wild wild show » ) de Buffalo Bill (Moroni Olsen) comme tireur d’élite. Son inscription non volontaire de sa part l’amène à affronter son idole dans un concours de tiret à approcher Jeff Hogarth (Melvyn Douglas) un gentleman qui décide de l’intégrer dans la troupe de Bill cogérée par Ned Buntline (1 ) . Les deux champions en titre vont rivaliser et simuler la mésentente puis découvrir l’amour . L’ascension éclatante de Annie va mettre de l’ombre chez son bien aimé qui va se retirer d’autant qu’un accident à diminué son acuité visuelle.



A propos du film


Ce petit film qui n’en inspire pas moins de grands commentaires est caractéristique de ce cinéma des années 30 sans effet de choc , avec un humour goguenard et parfois déplacé et plus ou moins paternaliste redessinant L’Histoire avec faste et phantasme. Annie Oakley est un personnage réel comme d’autres du film, elle inspirera une quinzaine de westerns (2) du fait aussi de son accointance avec Buffalo Bill et reste une figure légendaire de l’Ouest avec Calamity Jane et Belle Star. Au lire de sa biographie ce western en reprend les grandes lignes (3) et développe en parallèle une histoire d’amour et la description d’une troupe qui refait le passé de leur pays à leur manière. A ce propos l’auteur introduit le personnage de Sitting Bull – le vainqueur de la bataille de Little Big Horn- (4) joué par un vrai indien comme ce fut le cas dans des productions muettes ; celui ci est présenté comme un personnage taciturne, benêt sauvage affligeant et inculte dégageant ce racisme anti indien qui trainait dans les westerns de cette décennie d’autant que la principale source de rires vient de ce personnage (5)

L’ensemble sans être aussi inoubliable que « L’homme des vallées perdues » se voit avec intérêt notamment pour le savoir faire – pas évident à déceler - de Georges Stevens auteur de chefs d’œuvres (6) et par sa direction d’acteur notamment Barbara Stanwyck qui deviendra une des figures importante du western par ses personnages forts de ce film à la série "La grande vallée " en passant par "Le souffle de la violence " et "Les 40 tueurs"  son plus beau rôle dans le genre.

(1) Un personnage qu’Altman approchera plus profondément dans « Buffalo Bill et les indiens »

(2) Géraldine Chaplin et Jaime Lee Curtis jouèrent ce personnage dont c’est la première représentation cinématographique

(3) Elle gagna son premier duel contre son futur époux et l’épisode avec Le Kaiser est sublimé

(4) Qui vit la mort de plus de 200 soldats dirigés par le général Custer

(5) Quand il bouscule un homme dont la perruque tombe, quand il ne remarque pas son lit mécanique qui à son lever s’estompe Etc..

(6) « Géant » « Une place au soleil »  « Le journal d’Anne Frank »
Source : Rogerchemouni




Acheter le dvd



La Gloire du Cirque



<Précédent - Suivant>


La gloire du cirque (Annie Oakley, 1935)
Galerie photos
Votre vote pour le film
Imprimer
Contact


Bande annonce
Vos commentaires sur le film
HTML Comment Box is loading comments...
+
Référencement Professionel
Retourner au contenu | Retourner au menu