La colline des potences - Wild West Movies: le cinéma du far-west

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

La colline des potences

La colline des potences (The hanging tree, 1959)
Votre appréciation du film
Imprimer

LA COLLINE DES POTENCES


Réalisé par
: Delmer Daves
Avec : Gary Cooper, Maria Schell, Karl Malden, George C. Scott, Karl Swenson, Virginia Gregg, John Dierkes, King Donovan, Ben Piazza.
Pays : Etats-Unis
Genre : Western, Drame
Durée : 1h46
Année : 1959
Titre original : The Hanging Tree




Résumé du film

A Skull-Creek, petite cité minière du Montana, dans la deuxième moitiée du XIXème siècle. "Doc" Frail recueille Elisabeth Mahler, seule survivante d'une diligence attaquée par des bandits. La jeune femme achète une concession et découvre un riche filon. Frail la sauvera une seconde fois en tuant Frenchy, son associé qui tentait de la violer. Pour éviter le lynchage, Elisabeth jette à la foule des pépites d'or...



A propos du film

Si Delmer Daves se devait de figurer parmis les grands maîtres du Western aux côtés d'Howard hawks, John Ford ou Raoul Walsh, c'est en partie à La colline des potences qu'il le doit. En partie seulement car ses autres Westerns (La flèche brisée, L'homme de nulle part, La dernière caravane, Trois heures dix pour Yuma, Cow-Boy ou L'or du Hollandais) valent bien quelques unes des perles signées par le trio majeur cité plus haut. Mais cette colline des potences est plus qu'un grand Western. C'est un très beau film, peut-être plastiquement le plus beau de son auteur. On connaît le goût de Daves  pour ces images superbes, léchées et éclatantes, même dans les clairs-obscurs les plus profonds. Le décor de La colline des potences est une mine d'or que Daves a fait construire pour son film. Et c'est cette mine, son environnement qui est véritablement le centre du film, là ou l'action se noue et là aussi où elle va trouver son aboutissement.
Cooper y incarne un docteur au grand coeur, à la fois inquiétant et renfermé, tireur redoutable, à la fois craint et admiré de la population. Il sauve un jour une jeune femme dont les yeux ont été brulés. A force de soins, il la guérit et la jeune femme tombe amoureuse de son guérisseur. Mais tout se complique avec la présence d'un chercheur d'or qui s'intéresse de trop près à la dame. Il y a aussi un prédicateur fou qui préconise à qui veut l'entendre le lynchage du docteur. Et il y a surtout le passé de Frail dont celui-ci refuse de parler.
Sur un scénario très romantique, Daves signe un chef-d'oeuvre, en brossant une peinture à la fois tendre et cruelle des personnages. La fièvre de l'or qui embrase d'un seul coup la population juste après quelle se soit enflammée pour le lynchage du docteur, la trogne avide et malsaine de Karl Malden, celle hautaine et impavide de Gary Cooper, le visage rayonnant et obstiné de Maria Schell, Delmer Daves maîtrise tous ces éléments et les imbrique de façon magistrale dans une oeuvre ou l'émotion, la tendresse mais aussi la violence, la cupidité et la folie se côtoient.
Enfin, grâce à un montage des plus rigoureux, Daves insuffle un rythme serré au film et le conduit fermement jusqu'a sa conclusion, une des plus belle qui soient. Et l'on n'oubliera pas de sitôt ce plan magnifique de Gary Cooper debout dans la charette des futurs pendus, tenant dans ses mains le visage de Maria Schell alors qu'au loin la foule déchaînée par la folie communicative de l'or exulte et se déchire. Une grande image pour un grand film.



Acheter le film en dvd

La Colline des potences





<Précédent - Suivant>


Anecdotes



La nouvelle qui fournit le sujet du film gagna le Prix de la Meilleure histoire de western de l'année. La Warner Bros ne lésina pas sur les moyens pour la porter à l'écran : directeur photo, musicien, monteur, comédiens et réalisateur comptent parmi les personnalités les plus prestigieuses du cinéma américain de l'époque. On donna au décorateur Daniel B. Cathcart les moyens de construire un village entier de mineurs dans la montagne, à quelques 40 milles de Yakima, dans l'État de Washington, où furent filmés les extérieurs. A cette occasion, les producteurs tentèrent également de lancer un nouveaw visage : Ben Piazza, né en 1934, et dont ils espéraient faire un nouveau James Dean. Ben Piazza avait été révélé l'année précédente dans un film canadien, A DANGEROUS AGE. Mais il ne devait pas subsister longtemps dans la mémoire des cinéphiles et disparut des écrans presque immédiatement...

D'origine viennoise, Maria Schell tourna de nombreux films en Allemagne, en Italie, en France et en Angleterre, avant de venir à Hollywood. Elle tourna à cette époque deux autres films américains : LES FRERES KARAMAZOV (1958) de Richard Brooks, et La ruée vers l'ouest (1960) d'Anthony Mann, avant de revenir en Europe. On l'a revue dans SUPERMAN (1978) de Richard Donner. Gary Cooper ne devait plus tourner que trois films avant de disparaître en 1961. Il s'agit là de son dernier western.

L'action se déroule dans le Montana en 1873

Ce film marque les débuts de George C. Scott.

Delmer Daves est tombé malade pendant le tournage et Karl Malden a dirigé pendant plusieurs jours jusqu'au rétablissement de Delmer Daves.

Oscar de la meilleure chanson originale en 1960.



Bande annonce en V.O.
 
+
Référencement Professionel
Retourner au contenu | Retourner au menu