La cible humaine - Wild West Movies: le cinéma du far-west

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

La cible humaine

La cible humaine (The gunfighter, 1950)
Galerie photos
Votre appréciation du film
Imprimer
Contact


LA CIBLE HUMAINE
(L'Homme aux abois)


Réalisateur : Henry King
Acteurs : Gregory Peck (Jimmy Ringo), Helen Westcott (Peggy Walsh), Karl Malden (Mac), Jean Parker (Molly), Millard Mitchell (Marshall Mark Strett), Richard Jaeckel (Eddie), Skip Homeier (Hunt Bromley), Anthony Ross (Deputy Charlie Norris), Verna Felton (Mrs August Pennyfeather), Ellen Corby (Mrs Devlin).
Scénario : William Bowers - André de Toth
Photographie : Arthur C. Miller - Noir et blanc
Montage : Barbara McLean
Musique : Alfred Newman
Décors : Thomas Little, Walter M. Scott
Costumes : Travilla et Charles Le Maire
Production : Nunnally Johnson
Société de production : Twentieth Century-Fox Corporation
Pays : États-Unis
Année : 1950
Genre : Western
Durée : 1 Heure 25 minutes
Titre original : The Gunfighter




Résumé du film

Le hors-la-loi Jimmie Ringo (Gregory Peck), connu pour être le tireur le plus rapide de l'Ouest, cherche désormais à fuir ce passé violent. C'est loin d'être évident car où qu'il se rende, il se trouve toujours sur son chemin des jeunes hommes avides de gloire qui le provoquent pour tenter de l'éliminer. C'est dans cette situation que Jimmie se voit contraint d'abattre Eddie (Richard Jaeckel), un jeune excité qui venait de le défier. Il quitte la ville mais les trois frères du jeune homme le poursuivent avec pour intention de le venger...




A propos du film

Admirable portrait de Pistolero que celui campé par Gregory Peck dans ce western qui ressemble parfois à un film noir, tant la fatalité et l'oppression du destin semble peser sur le personnage principal.
Henry King fignole ce western psychologique comme une horloge en brossant, par les actes et les gestes, la personnalitéde ce pauvre héros qui, devenu le meilleur tireur de l'Ouest, est constamment pris à partie par d'autres tireurs qui veulent se faire une réputation.
Peck incarne avec justesse ce tueur fatigué qui fuit de ville en ville à la fois pour échapper aux provocateurs mais aussi pour assouvir une vengeance. Dans ce rôle tragique et poignant, Peck, qui a pourtant bon nombre de grands rôles à son actif, réalise une de ses plus grandes performances.
D'ailleurs ni King ni Peck ne se sont trompés sur la qualité de leur travail avec La cible humaine puisque nous les avons retrouvés huit ans plus tard avec un film encore supérieur à celui-ci, Bravados
.




Acheter le film en dvd

La Cible humaine





<Précédent - Suivant>




Autour du film

Anecdotes autour du film

L’idée de LA CIBLE HUMAINE germe dans l’esprit du scénariste William Bowers lors d’un dîner avec Jack Dempsey. Le boxeur lui explique qu’il n’arrête pas d’être importuné par des bagarreurs voulant prouver qu’ils sont plus forts que lui. Cette anecdote une fois transposée dans l’Ouest donnera naissance au film mais aussi à un thème qui sera repris ensuite à de nombreuses reprises au cinéma. De cette idée, William Bowers parviendra donc à l’histoire d’un tireur renommé qui se voit contraint d’affronter celui qui pensent être le plus rapide dans chacune des villes où il passe. L’histoire prend forme en collaboration avec André De Toth et un premier scénario est ensuite écrit avec William Sellers sous le titre de THE BIG GUN.


William Bowers essaye de convaincre John Wayne d’entrer dans l’aventure mais sans succès. Il rencontre alors Nunally Johnson qui est assez enthousiasmé par le scénario pour convaincre la Fox de monter le projet. Nunally Johnson produit le film et travaille lui aussi, de façon non officielle, à l’écriture pour améliorer un scénario jugé trop court. Gregory Peck est engagé pour jouer le rôle principal alors qu’Henry King, qui vient de diriger l’acteur dans UN HOMME DE FER, est chargé de mettre en scène le film. Le réalisateur fait des recherches et convainc Gregory Peck de se laisser pousser la moustache tout en lui imposant une panoplie issue des photographies qu’il a pu trouver sur les véritables hommes de l’ouest.


Lorsque la Fox s’aperçoit que l’acteur porte une moustache en visionnant les rushes au bout d’une quinzaine de jours de tournage, le studio est très mécontent ! Il est alors demandé que les séquences où apparaît Gregory Peck soient retournées cette fois sans moustache. Pour empêcher cette éventualité, l’acteur et le réalisateur, font en sorte d’annoncer un budget de 300.000 dollars nécessaire pour tourner de nouveau toutes les séquences alors qu’il en aurait fallu seulement la moitié. La dépense est jugée énorme et la Fox se voit contrainte de laisser le film se terminer avec la moustache de Gregory Peck à qui l’on imputera souvent le semi échec du film lors de sortie initiale.



La cible humaine (The gunfighter, 1950) Extrait V.O.
Vos commentaires sur La cible humaine
+
Référencement Professionel
Retourner au contenu | Retourner au menu