L'homme de la loi - Wild West Movies: le cinéma du far-west

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

L'homme de la loi

L'homme de la loi



Réalisateur : Michael Winner
Acteurs : Burt Lancaster (Jered Maddox), Robert Duvall (Vernon Adams), Lee J. Cobb (Vincent Bronson), Robert Ryan (Cotton Ryan), Sheree North (Laura Shelby), Joseph Wiseman (Lucas), Albert Salmi (Harvey Stenbaugh), Ralph Waite (Jack Dekker), John Beck (Jason Bronson), Walter Brooke (Luther Harris).
Scénario : Gerald Wilson
Photographie : Robert Paynter
Musique : Jerry Fielding
Montage : Frederick Wilson
Création des décors : Stan Jolley
Direction artistique : Roberto Silva, Herbert Westbrook
Producteur : Michael Winner
Genre : Western
Pays : États-Unis
Année : 1971
Durée : 1 H 38 minutes
Titre original : Lawman




Résumé du film


Le shérif Jered Maddox arrive dans la petite ville de Sabbath afin d'arrêter Vincent Bronson et ses hommes. Riche propriétaire terrien, Bronson est accusé du meurtre d'un vieil homme, survenu dans la ville de Bannock, dont Jered est le shérif. Ce dernier demande l'aide de son confrère Cotton Ryan, mais celui-ci est sous la coupe de Bronson. Désormais seul contre tous, Jered Maddox va comprendre que pour faire justice, une étoile de shériff ne suffit pas.



A propos du film


Avec l'homme de la loi, Michael Winner pose un regard neuf sur le héros de l'Ouest. En effet, le personnage principal du film est un shérif pour qui l'élimination des hors-la-loi est devenu quasiment un sacerdoce. Chargé de faire respecter l'ordre et de châtier les bandits, notre homme entreprend de décimer systématiquement les malfrats de tout poil qui sévissent dans son secteur, qu'ils soient assassins redoutables ou simples voleurs.
On voit immédiatement où le réalisateur veut en venir. Ce policier n'est-il pas de la même trempe que les hommes qu'il pourchasse ? Sous couvert de la loi, le shérif ne devient-il lui-même un meurtrier légalisé ?
Winner pose ces brûlantes questions mais se garde bien d'y répondre. Il se contente de brosser un portrait sans véritablement porter de jugement sur le comportement de son héros.
Cette attitude prudente nuit un peu à l'intérêt que l'on peut éprouver à l'égard du personnage principal, qui, de ce fait, est mal défini. Manifestement Winner a voulu éviter le manichéisme, en se refusant à dépeindre un personnage uniforme mais il est certain que ce que ce personnage perd en simplicité, il le regagne en froideur.
Ces réserves une fois faites, il faut cependant reconnaître à Michael Winner toutes les qualités de narrateur et de technicien qui faisaient déjà le prix de ses oeuvres antérieures.
Poussant la violence au bout du réalisme, Winner réussit un film puissant et convaincant au niveau de la mise en place des divers éléments qui le composent.
Quant à l'interprétation de Burt Lancaster dans le rôle-titre, elle est tout simplement étonnante.
Il est seulement regrettable que Winner ait cru bon de laisser le film baigner dans une ambiguïté aussi irritante. Son propos en souffre par endroits. Le spectateur aussi.
Mais il reste les scènes d'action, toutes admirables, et la présence magnétique de Burt Lancaster.



Acheter L'homme de la loi en dvd



L'homme de la loi



<Précedent - Suivant>

L'homme de la loi (Lawman, 1971)
Galerie photos
Votre note pour le film
Imprimer
Contact


Bande annonce
Vos commentaires sur le film
HTML Comment Box is loading comments...
+
Référencement Professionel
Retourner au contenu | Retourner au menu