L'homme à la hache - Wild West Movies: le cinéma du far-west

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

L'homme à la hache


L'homme à la hache


Réalisateur : Sergio Martino
Acteurs : Maurizio Merli (Mannaja), John Steiner (Valler), Philippe Leroy (McGowan), Sonja Jeannine (Deborah McGowan)
Scénario : Sauro Scavolini, Sergio Martino
Photographie : Federico Zanni
Montage : Eugenio Alabiso
Musique : Guido et Maurizio de Angelis
Production : Luciano Martino
Année : 1977
Pays : Italie
Durée : 1 Heure 41 minutes
Genre : Western
Titre original : Mannaja







Résumé du film


Blade, un chasseur de prime habile au maniement de la hache, arrive dans la ville de Suttonville. Cette ville corrompue est tenue par un riche propriétaire, Mc Gowan, qui a autrefois tué le père de Blade. Celui-ci doit mettre sa vengeance de côté quand Mc Gowan l'engage pour sauver sa fille Deborah.



A propos du film

Le western spaghetti est un sous-genre sur le déclin lorsque les frères Martino, Luciano à la production et Sergio à la réalisation, se lancent dans le projet Mannaja (1977). Ruiné par le déferlement de films parodiques à l’humour grossier, le genre vit ses derniers instants lorsque les auteurs réalisent cette œuvre sérieuse qui se place d’emblée dans la lignée du Django (1966) de Sergio Corbucci ou du Keoma (1976) d’Enzo G. Castellari. Le début du métrage nous plonge ainsi directement dans une ambiance fantastique à la lisière du film d’horreur. Le cinéaste utilise de la brume - en réalité pour masquer l’indigence des décors de cette toute petite production tournée à Rome - et de la boue afin de créer une ambiance crépusculaire qui passionnera tous les amateurs du genre.
Brassant de très nombreux thèmes classiques, le cinéaste multiplie les digressions narratives risquant à chaque instant de perdre toute notion de structure scénaristique. Il évoque ainsi la lutte des ouvriers contre la toute-puissance du grand patronat, tout en inscrivant son histoire dans le schéma classique d’une vengeance personnelle. Il mêle tous ces thèmes politiques à des notations mythologiques, comme la présence des deux chiens du méchant filmés comme de véritables Cerbères. Malgré une mise en scène inspirée, le cinéaste a bien du mal à rendre sa vedette charismatique : Maurizio Merli, plus connu en Italie pour ses rôles de commissaires implacables dans les polars des années 70, ne semble pas très à l’aise dans le costume de l’homme sans nom. Il se fait d’ailleurs régulièrement voler la vedette par les deux méchants magnifiquement interprétés par John Steiner et Philippe Leroy-Beaulieu. En définitive, Mannaja, l’homme à la hache apparaît comme une synthèse de tous les westerns spaghettis, recyclant tous les thèmes sans pour autant les renouveler. Cette absence d’originalité est la seule limite de ce spectacle efficace, violent, sadique et maîtrisé sur le plan de la mise en scène.
Source: Avoir à lire




Acheter L'homme à la hache en dvd

Mannaja - L'homme à la hache (Version intégrale)



<Précédent - Suivant>














L'homme à la hache (Mannaja, 1977)
Galerie photos
Votre note pour le film
Imprimer
Contact


Le film en VO
Vos commentaires sur le film
HTML Comment Box is loading comments...
+
Référencement Professionel
Retourner au contenu | Retourner au menu