L'aventure est à l'ouest - Wild West Movies: le cinéma du far-west

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

L'aventure est à l'ouest

L'aventure est à l'ouest (The Great Sioux Uprising, 1953)
Votre vote pour le film
Imprimer
Acheter le film sur Amazon


L'AVENTURE EST A L'OUEST




Réalisé par :  Lloyd Bacon
Avec :  Jeff Chandler, Faith Domergue, Lyle Bettger, Peter Whitney, Stacy Harris, Walter Sande, Alden Chase, John War Eagle, Glenn Strange, Julia Montoya, Jack Ingram, Edmund Cobb, James Van Horn, Clem Fuller, Lane Bradford
Scénario : Melvin Levy, J. Robert Bren, Gladys Atwater
Photo : Maury Gertsman
Montage : Edward Curtiss
Direction Artistique : Alexander Golitzen, Alfred Sweeney
Costumes : Bill Thomas
Son : Glenn Anderson, Leslie Carey
Pays :  Etats-Unis
Genre : Western
Durée :  1h20
Année :  1953
Production : Universal
Titre original :  The Great Sioux Uprising




Résumé du film

Joan Britton, honnête vendeuse de chevaux, et Stephen Cook, beaucoup moins scrupuleux, sont des concurrents amicaux, quand il s'agit de fournir les soldats de l'Union dans le Wyoming. Le général Stan Watie, un Cherokee qui travaille pour le Sud, est suspecté de monter les tribus Sioux contre les soldats de l'Union. Britton découvre que Cook vend des chevaux aux Sioux. C'est à ce moment que Cook et Britton font la connaissance de Jonathan Westgate, ancien médecin militaire, dont la jeune femme tombe follement amoureuse...



A propos du film


Lloyd Bacon n’aura réalisé que deux westerns tout au long de sa prolifique carrière.
Son premier western, "The Oklahoma Kid", avec pourtant un duo plus qu'alléchant (James Cagney / Humphrey Bogart), était honteux. "L'Aventure est à l'Ouest", l’un de ses derniers films, loin d’être mémorable non plus, a au moins l’avantage d’être plaisant et assez original dans son postulat de départ, abordant la Guerre de Sécession sous un angle assez nouveau - des marchands de chevaux - durant la Guerre de Sécession. Les personnages principaux sont deux marchands et un vétérinaire. Le fait d’apprendre que la cavalerie américaine était à cette époque en cruel manque de montures, les grands ranchers du Sud refusant en toute logique de vendre leur cheptel à l’ennemi, est assez intéressant. Tout comme le personnage réel du général Stan Watie, un Cherokee ayant tenté de monter les tribus indiennes contre les soldats de l’Union prétextant un ennemi commun au vu de l’histoire toute récente. Il leur a fourni des fusils et des carabines en essayant de les inciter à rejoindre les troupes confédérées mais sans résultats. Je ne connais pas les raisons du refus dans la réalité, mais dans le film de Lloyd Bacon c’est le personnage joué par Jeff Chandler qui intervient. Après avoir vu le Général maltraiter l’un de ses serviteurs noirs, il conseille aux chefs indiens réunis de garder leur neutralité et leur rappelle que fournir un soutien aux Confédérés reviendrait à soutenir l’esclavage ; un discours naïf mais une nouvelle fois encore bien plaisant à entendre au sein d’un film censé au départ n’être destiné qu’à divertir.
A côté de ces nombreuses notations inédites, nous pouvons ajouter une femme d’affaires qui ne se démonte pas, un héros "dépressif" ne pouvant plus supporter la violence ni les armes ainsi qu’une "bataille de versets" entre Jeff Chandler et l’affable Peter Whitney. C’est donc avant tout grâce à un scénario bien écrit et peu avare d’éléments nouveaux et cocasses que l’on peut suivre ce petit western avec plaisir, d’autant que dans le même temps il est relativement bien interprété par le trio Jeff Chandler, la séduisante Faith Domergue et Lyle Bettger assez convainquant en vicieux bad guy. Le dernier quart du film, un peu plus fouillis, multiplie les péripéties, fait se succéder scènes d’action et rebondissements plus conventionnels qui font un peu retomber notre attention d’autant que la mise en scène de Lloyd Bacon ne brille pas à ces moments-là par son efficacité, se contentant du strict minimum, incapable de donner le moindre souffle aux séquences mouvementées, inapte à faire monter la tension quand la violence se fait jour. On se consolera en se répétant que les extérieurs de l’Oregon sont magnifiques et que le décorum rutilant et en Technicolor des intérieurs, flatte l’œil. Aucunement mémorable mais néanmoins pas désagréable.
Source: Erick Maurel

 

Acheter le film en dvd

L'Aventure est à l'ouest / The Great Sioux Uprising [ Origine Allemande, Sans Langue Francaise ]

<Précédent - Suivant>


Extrait du film (Le début en V.O.)
Vos commentaires sur le film
HTML Comment Box is loading comments...
Contact
+
Référencement Professionel
Retourner au contenu | Retourner au menu