L'attaque de Fort Adams - Wild West Movies: le cinéma du far-west

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

L'attaque de Fort Adams

L'attaque de Fort Adams (Buffalo Bill l'eroe del far west, 1963)
Votre vote pour le film
Imprimer


L'ATTAQUE DE FORT ADAMS


Réalisé par :  Mario Costa (John W. Fordson)
Avec :  Gordon Scott, Mario Brega, Catherine Ribeiro, Jan Hendriks, Ingeborg Schöner, Jan Hendricks, Mirko Ellis, Piero Lulli, Roldano Lupi, Hans Von Borsody, Hugo Harden, Jacques Herlin, Frank Farrell, Andréa Scotti, Feodor Chaliapin Jr., Luigi Tosi
Scénario : Louis Agotay, Luciano Martino, Nino Stresa, Pierre Levy-Corty
Photographie : Massimo Dallamano
Montage : Jolanda Benvenuti
Musique : Carlo Rustichelli
Décors : Arrigo Equini
Costumes : Elio Micheli
Pays :  France, Italie, Allemagne
Genre : Western
Durée :  1 h 33
Année :  1963
Production : Filmes Cinematografica, Les films Corona, Gloria film
Distribution : Valoria Films
Titre original : Buffalo Bill l'eroe del far west



Résumé du film


A la demande du président Grant, Buffalo Bill se rend à Indian Creek pour tenter de mettre fin aux troubles récemment survenus en territoire indien. Buffalo Bill connaît bien le chef de la tribu des Sioux, Renard Sage, et ne comprend pas comment ce vieil homme avisé et droit a pu laisser ses hommes reprendre le sentier de la guerre. Il sauve la vie de son ami Snack et de l'éclaireur indien Tom, attaqués par une bande de Sioux commandés par le fourbe Bec d'Aigle. La vérité commence à se faire jour. Assoiffé de pouvoir, Bec d'Aigle entend profiter de l'absence de Renard Sage et de l'irascibilité du commandant de Fort Adams pour déclencher une nouvelle guerre Indienne...

 

A propos du film


l’attaque de Fort Adams n’est pas un bon western européen, Il se dégage de ce film une telle inspiration hollywoodienne qu’il pourrait être d’un Anthony Mann (enfin, tout est relatif, Mann n’aurait pas commis d'erreur, mais je parle ici de l’aspect scénaristique du film). Buffalo Bill est ici présenté en médiateur entre les militaires et les indiens, en protecteur du peuple qu’il soit rouge ou blanc : que de bonnes intentions donc, digne d’un Jérémiah Johnson (mais ici Buffalo Bill reste parmi les blancs), il ne faut pas oublier que "Buff Bill" était plus un tueur d'Indiens qu'un médiateur innocent.
Gordon Scott
a des airs d’Errol Flynn ultra-baraqué, on peut aussi entendre que les bruitages ne sont pas encore ceux imposés au genre par Sergio Leone - hormis les pas de chevaux - , et on peut voir, détail amusant, la ville far-west de Cinecitta qui existait déjà en 1963 !
S’ajoute à ceci l’intérêt « historique » du film : un western
italien pré-Leone qui ne ressemble pas du tout à Django.
le film est à ranger dans les westerns moyens, ni plus, ni moins.



<Précédent - Suivant>







Extrait du film
Vos commentaires sur le film L'attaque de Fort Adams
HTML Comment Box is loading comments...
+
Référencement Professionel
Retourner au contenu | Retourner au menu