L'apache - Wild West Movies: le cinéma du far-west

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

L'apache

L'apache (Cry for me, Billy - 1975)
Votre avis sur ce film
Imprimer
Contact


L'apache


Réalisateur : William A. Graham
Acteurs : Cliff Potts, Xochitl (Maria Potts), Harry Dean Stanton, Don Wilbanks
Scénario : David Markson
Produit par : Elliott Kastner, Harvey Matofsky
Musique originale : Michael Franks, Richard Markowitz   
Photographie : Jordan Cronenweth   
Montage : Jim Benson   
Genre : Western, Drame
Durée : 1 h 33
Année : 1972
Pays : Etats-Unis
Titre original : Cry for me, Billy / Face to the Wind / Count your Bullets / Apache Massacre / The Long Tomorrow






L'histoire


Au Nouveau-Mexique, alors que la population blanche lutte encore contre les Comanches, un jeune pistolero cherche a changer de vie. Il s'oppose a un sergent de cavalerie qui traite mal des prisonniers indiens avant de poursuivre son chemin. A son retour, il apprend qu'à la suite d'une tentative d'évasion, la plupart des Indiens captifs ont été massacrés. il prend alors fait et cause pour ceux qui ont réussi à fuir et tire sur le forgeron qui achève les blessés à coups de masse...



A propos du film


"L'Apache" est une œuvre d'une noirceur extrême. On peut la rapprocher en cela du "Soldier Blue" de Ralph Nelson, dans laquelle Peter Strauss campait aussi un personnage totalement désabusé. Là, le héros a pour nom Cliff Potts, acteur méconnu mais qui joue son rôle à la perfection. On le verra la même année dans le "Silent Running" de Douglas Trumbull. Le personnage de Billy Williams est intéressant à plus d'un titre. Bien qu'étant le meilleur des pistoleros, il n'abuse pas de son talent et n'utilisera son arme qu'en situation extrême. L'occasion ne se présentera d'ailleurs qu'une seule fois dans le film, quand il retrouve les confédérés lors d'un bivouac dans la forêt enneigée. Une scène nocturne où Billy liquide ses ennemis dans une quasi obscurité, comme si le réalisateur avait voulu faire de ces ordures de simples ombres anonymes, ne méritant pas de mourir glorieusement, et nous signifier que le mal n'a pas de visage dans la mesure où il se trouve en tout lieu.
L'actrice incarnant Little Sparrow, Maria Potts, est sa femme. Elle tournera dans seulement quelques films sous le pseudonyme de Xochitl ("fleur" en langage aztèque).
L'acteur le plus connu du film est évidemment Harry Dean Stanton, que l'on voit au début et à la fin du film. C'est probablement le personnage le plus proche de nous, et dont les faiblesses le rendent attachant. Il est jaloux de son ami, mais en même temps il souhaite l'aider. D'un autre côté, sa lâcheté l'empêche de prendre parti pour Billy. De même qu'il reste neutre, il est seul au début du film, et encore seul à la fin. Une manière de démontrer que sans idéal, l'existence est vaine.
"L'Apache" est sorti en France en 1976, dans un anonymat quasi général. La même année, un western italien a été tourné, présentant une histoire similaire à l'œuvre de William Graham : "Apache Woman", avec Al Cliver. Il serait bon de donner une nouvelle chance à un film dont le caractère résolument nihiliste contraste avec le cinéma d'aujourd'hui. Une négation des valeurs qui ne vaut pas pour "L'Apache".
Source : Flint



Acheter le film en dvd

Cry Blood Apache [Import anglais]





<Précédent - Suivant>

L'apache, extrait du film en V.O.
+
Référencement Professionel
Retourner au contenu | Retourner au menu