Gun the man down - Wild West Movies: le cinéma du far-west

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Gun the man down

Gun the Man Down

Réalisateur : Andrew V. McLaglen
Assistant réalisateur : Robert Justman
Acteurs : James Arness (Rem Anderson), Angie Dickinson (Janice), Emile Meyer (le shérif Morton), Robert Wilke (Matt Rankin), Harry Carey, Jr. (l'adjoint Lee), Don Megowan (Ralph Farley), Michael Emmet (Billy Deal), Frank Fenton, Gonzalez Gonzalez (le mexicain de l’hôtel)
Scénario : Burt Kennedy - D'après une histoire de Sam C. Freedle
Photographie : William H. Clothier - Noir et blanc – 1,85:1 – 35 mm – Mono
Musique : Henry Vars
Montage : Everett Sutherland
Direction artistique : Alfred Ybarra
Son : Earl Crain, Sr.
Décorateur : Victor Gangelin
Producteurs : Robert E. Morrison et John Wayne
Société de production :  Batjac
Genre : Western
Pays : États-Unis
Année : 1956
Durée : 1 H 26
Titre belge : Légitime Défense



Résumé du film


Après avoir dévalisé une banque à Palace City, Rem Anderson, Matt Rankin et Ralph Farley regagnent le repaire où les attend Janice, la compagne de Rem. Mais Rem a été blessé par balle pendant l'attaque et ne peut plus se déplacer. Ses deux acolytes l'abandonnent sur place, en proie au shérif qui est sur leurs traces. Ils s'enfuient avec le butin et forcent Janice à les accompagner. Rem est alors arrêté et envoyé en prison.
Après avoir purgé une peine d'un an, Rem est libéré. Il n'a qu'une idée en tête : retrouver ceux qui l'ont trahi. Il rencontre son ami Billy Deal, un tueur, qui lui indique qu'ils se trouvent dans une petite ville de quelques habitants. Rem se rend sur place et son arrivée éveille immédiatement l'attention du shérif Morton et de son adjoint Lee.
Lorsqu'ils aperçoivent Rem, Rankin et Farley sont terrifiés, d'autant que Rankin s'est approprié l'amour de Janice. Farley décide de fuir, mais Rem le croise sur son chemin et l'empêche de quitter la ville. Rankin décide alors d'acheter les services de Billy Deal. Il lui offre 5 000 dollars pour tuer Rem. Janice se rend à l'hôtel où se trouve Rem et, pleine de remords, le prévient de l'arrivée de Billy. Rem parvient à surprendre Billy dans une grange et tue celui-ci.
Finalement, Rankin, Farley et Janice quittent la ville en douce durant la nuit, mais Rem, attentif, les poursuit. Il les surprend et Janice tente de l'aider, du coup Rankin abat celle-ci sans scrupules. Ensuite, dans le noir et pris de panique, Rankin tue aussi par erreur son compère Farley. Le scélérat se retrouve seul mais parvient à prendre la fuite à cheval.
Au petit matin, en ville, Lee se rend compte que les quatre personnages ont disparu. Avec le shérif, ils partent à leur poursuite. Finalement, Rem et Rankin se retrouvent tous les deux acculés dans un canyon. Après une rude bagarre, Rem met son adversaire hors d'état de nuire et, plutôt que de le tuer, décide de le livrer au shérif pour le meurtre de Janice.



A propos du film


Légitime Défense (Gun the Man Down) est un western américain sorti en 1956 et réalisé par Andrew McLaglen. Il n'a pas été exploité en France à sa sortie, mais bien en Belgique, d'où son titre francophone. Il s'agit de la première expérience de McLaglen en tant que réalisateur.
Produit par John Wayne et écrit par Burt Kennedy dans sa bonne période, assisté par le chef-opérateur de John Ford, on y trouve le héros de la série « GUNSMOKE » et trois acteurs de « RIO BRAVO ». Un gage de qualité sans aucun doute ! Il n'en est rien, « GUN THE MAN DOWN » est une petite série B dont le scénario aurait à peine rempli un épisode d'une série de 26 minutes, réalisé à l’économie par Andrew McLaglen ex: Pour expliquer qu'il n’y a pas la moindre figuration dans la ville (ce qui s’appelle PERSONNE, pas un chat !), on parle de la canicule qui force la population à rester à l’abri. Quant au hold-up du début, il se résume à un impact de balle sur la vitrine d’une banque, et un gros-plan de colt fumant ! Ce n’est plus de la débrouillardise, cela frise carrément le grotesque.
Il ne se passe tellement rien, dans cette histoire de vengeance, que les 74 minutes du film ont l’air de durer deux fois plus. Les enjeux sont quasi nuls, le dialogue d’une pauvreté absolue, et James Arness n'a aucune personnalité. Face à lui, le méchant de service Robert J. Wilke terré dans son saloon sans le moindre client, le gentil Harry Carey, Jr. en shérif-adjoint admiratif, et la seule raison à peu près valable de voir ce film, c'est Angie Dickinson, toute jeune, brune et potelée, dans un rôle d’ex danseuse de saloon désabusée, qui a cru pouvoir s’en sortir, mais a succombé à ses mauvais démons.
« GUN THE MAN DOWN » a tout d’un produit télé, mais c'est bien un long-métrage, d’une pauvreté parfois risible, qu’un tristounet noir & blanc ne sauve pas de l’anonymat.


<Précédent - Suivant>











Gun the man down (Légitime défense, 1956)
Galerie photos
Votre vote pour le film
Imprimer
Contact


Vos commentaires sur le film
HTML Comment Box is loading comments...
+
Référencement Professionel
Retourner au contenu | Retourner au menu