Fort Bravo - Wild West Movies: le cinéma du far-west

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Fort Bravo

FORT BRAVO



Réalisateur : John Sturges
Acteurs : William Holden, Eleanor Parker, Richard Anderson, John McIntire, John Forsythe, John Lupton, William Demarest, William Campbell, Polly Bergen
Scénario : Frank Fenton - D'après une histoire de Phillip Rock, Michael Pate
Montage : George Boemler
Photographie : Robert Surtees - Format d'image : 1.78:1 - Couleur
Musique : Jeff Alexander
Costumes : Helen Rose
Maquillage : Sydney Guilaroff
Décors : Ralph Hurst, Edwin B. Willis
Genre : Western
Année : 1953
Durée : 1 h 38
Titre original : Escape From Fort Bravo




Résumé du film


Arizona, 1863, à Fort Bravo, un camp de prisonniers sudistes, commandé par le capitaine Roper qui réprime avec férocité toute tentative d'évasion. Il vient de ramener sans ménagement le soldat Bailey. Le colonel Owens le réprimande pour son manque d'humanité.
Carla Forrester arrive au Fort pour assister au mariage de son amie Alice, la fille du colonel, avec le lieutenant Beecher. En réalité, Carla est un agent confédéré venu organiser l'évasion de son fiancé, le capitaine Marsh. Pour endormir la méfiance de Roper, Carla se laisse faire la cour et découvre, sous des dehors sévères, un homme sensible et intègre. Mais n'oubliant pas sa mission, elle s'enfuit le soir du mariage d'Alice, en compagnie de Marsh et de trois de ses hommes. Furieux, Roper ne tarde pas à les rattraper dans le désert. Sur le chemin du retour, le petit groupe est attaqué par des Indiens Mescaleros. Les prisonniers s'unissent à leurs gardiens pour faire face. Seul Bailey, considéré par ses compagnons comme un lâche, parvient à s'échapper. Les rescapés sont isolés dans une déclivité du terrain sur laquelle pleuvent les flèches. Blessé à mort, Marsh révèle à Ropert que Carla est amoureuse de lui. Alors qu'il va tenter une manoeuvre déseprée pour sauver Carla et Beecher, seuls survivants, c'est alors qu'un détachement conduit par Bailey arrive à leur secours. Roper revient au fort, Carla à ses côtés.



A propos du film


Fort Bravo reprend le thème classique d'une poignée d'hommes aux convictions opposées (ici, des soldats escortent des prisonniers sudistes durant la guerre de sécession) et qui se trouvent contraints, pour leur sauvegarde mutuelle, de conjuguer leurs efforts pour lutter contre un ennemi commun, en l'occurrence les Apaches.
John Sturges illustre ces canevas à sa manière, c'est-à-dire sobrement et efficacement. L'intérêt ne faiblit jamais tout au long de cette aventure extrêmement tendue jusqu'au dénouement à la fois heureux et pathétique.
On n'oubliera pas de sitôt l'assaut final des indiens, cernant les héros de toutes parts à l'aide de flèches savamment décochées.
La solidité du travail de John Sturges permet de se passionner d'un bout à l'autre pour cette histoire ainsi que pour les protagonistes, incarnés avec force par William Holden et John Forsythe, notamment.



Acheter le dvd

Fort Bravo



<Précédent - Suivant>



Fort Bravo (Escape from Fort Bravo, 1953)
Galerie photos
Votre vote pour le film
Imprimer
Contact


Anecdotes

Anecdotes

Considéré par beaucoup de cinéphiles et de critiques comme " l'un des meilleurs westerns militaires ", FORT BRAVO est le second western de John Sturges après LES AVENTURIERS DU DESERT (The Walking Hills, 1949). Par la suite, Sturges allait signer une dizaine d'autres films similaire jusqu'en 1973, dont certains - tels Coup de fouet en retour, Règlement de comptes à O.K Corral, Le dernier train de Gun Hillet surtout Les sept mercenaires - allaient contribuer à faire de lui l'un des grands spécialistes du genre aux côtés d'Anthony Mann, Delmer Daves et Budd Boetticher.


Né à Sydney en 1920, Michael Pate fit d'abord de la radio, du théâtre et du cinéma dans son Australie natale avant de rejoindre Holywood en 1950 où il devint l'un des acteurs de complément les plus actifs de l'époque : on l'a vu dans une cinquantaine de films jusqu'en 1967, année au cours de laquelle il regagna l'Australie pour devenir producteur. Il produisit entre autres l'avant-dernier film de Michael Powell, AGE OF CONSENT(1969), avec James Mason, Dans les années cinquante. il est apparu dans un grand nombre de westerns où il tuait la plupart du temps un Indien ou un mauvais garçon.


Une autre histoire originale de Michael Paie et Philip Rock a donné naissance en 1961 à THE MOST DANGEROUS MAN ALIVE, le dernier film du vétéran Allan Dwan, (avec Ron Randall, Debra Paget. Elaine Stewart et Anthony Caruso) un thriller de science-fiction très apprécié des amateurs, mais qui n'eut jamais l'occasion d'être distribué en France.



Bande annonce
Vos commentaires sur le film
HTML Comment Box is loading comments...
+
Référencement Professionel
Retourner au contenu | Retourner au menu