Django - Wild West Movies: le cinéma du far-west

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Django

Django (I crudelli, Johnny Oro, un dollaro a testa, 1966)
Votre vote pour le film
Imprimer
Acheter le film sur Amazon

DJANGO


Réalisé par : Sergio Corbucci
Avec : Franco Nero, José Bodalo, Loredana Nusciak, Angel Alvarez, Simon Arriaga, Rafael Albaicin, José Canalejas, Eduardo Fajardo, Rafael Vaquero, Luciano Rossi, Remo De Angelis, Guillermo Mendez, Silvana Bacci
Pays : Espagne, France, Italie.
Genre : Western
Durée : 1h 34min.
Année : 1966
Production : BRC Produzione, Tecisa
Titre original : I crudelli, Johnny Oro, un dollaro a testa



Résumé du film

À la frontière américano-mexicaine, deux bandes rivales s’affrontent et font régner la terreur. D’un côté, celle du major Jackson, dont l’un des passe-temps est de tuer les péones comme des lapins. De l’autre, celle du Mexicain Hugo Rodriguez, dont la cruauté n’a d’égale que la bêtise. C’est dans ce climat que Django débarque en ville, revêtu de l’uniforme nordiste et tirant derrière lui un cercueil. L’homme est peu bavard et excite la curiosité des deux clans. Provoqué par les sbires de Jackson, il les tue avec une rapidité impressionnante. Le chef décide de se venger et revient accompagné d’une trentaine d’hommes. Django les attend dans la rue principale et sort brusquement de son cercueil une mitrailleuse. Il massacre ses adversaires mais laisse volontairement Jackson s’enfuir. Il confie à Nataniele, le propriétaire du saloon, que le major a tué sa femme, il y a longtemps.
C’est au tour des Mexicains de faire leur entrée. Rodriguez est une vieille connaissance de Django, qui lui propose de dérober l’or de l’armée régulière en s’introduisant dans la caserne et en utilisant la mitrailleuse. L’opération se déroule comme prévu et la bande fête sa réussite au saloon. Devant les réticences de Rodriguez à partager le butin, Django décide de le voler. Transvasant l’or dans son cercueil, il s’enfuit avec Maria, une prostituée.
Au petit jour, Django arrête sa carriole près d’un pont. Un coup de feu parti accidentellement affole le cheval, qui, dans une ruade, fait tomber la boîte mortuaire. Elle disparaît dans des sables mouvants. Rodriguez et ses hommes arrivent, tuent Maria et broient les mains de Django pour le punir, avant de tomber dans un guet-apens tendu par Jackson. À bout de forces, Django ramène le corps de la jeune femme en ville et fixe rendez-vous à Jackson au cimetière. Malgré l’état pitoyable de ses mains ensanglantées, il parvient à le tuer. Justice est faite.




A propos du film

L'avènement du western spaghetti est arrivé avec CE film qui définit les grandes lignes du genre, répercutées aussi bien dans des chefs d'oeuvres bien connus que de moyennes séries B. Notre aventurier qui traine à ses basques la mort, va transformer une ville en un terrifiant cimetierre, sollicité par la réalisation sèche de Corbucci qui ne se prive pas d'exploser visuellement cette violence entre deux camps aussi dangereux l'un que l' autres. Se débat parmi la boue vénéneuse, Maria, pleine de grâce, qui représente justement cette ambivalence qui ne trouve réellement appui que sur son double masculin, Django. Incarné par Franco Nero, un portrait tout craché du futur Terence Hill, il a suffisamment de charme énigmatique et d'insolence pour nous accrocher à ses dérives téméraires. Du pur western doté d'une chanson titre particulièrement fun à entendre.



Acheter le film en dvd

Django



<Précédent - Suivant>


Anecdotes

Lieux de tournage:
Colmenar Viejo, Madrid, Espagne
Elios Studios, Rome, Lazio, Italie (studio)
La Pedriza, Manzanares el Real, Madrid, Espagne
Tor Caldara, Latium, Italie
Torremocha de Jarama, Madrid, Espagne


Musique du film:

"Django"
Composé par Luis Enríquez Bacalov
Paroles de Franco Migliacci
Interpreté par Roberto Fia




DJANGO
est un des films-phares du western italien. Rencontrant un succès international semblable à celui de POUR UNE POIGNÉE DE DOLLARS (Sergio Leone, 1964), il provoqua une foule de sous-produits reprenant le nom du personnage (interprété par Terence Hill, Richard Harrison, Anthony Steffen…).


Trois acteurs étaient pressentis pour le rôle de Django : Franco Nero, Mark Damon et Peter Martell. C’est le distributeur Fulvio Frizzi qui choisit finalement Nero, d’après une photo. « Quand on m’a demandé d’interpréter Django, j’ai d’abord refusé. C’est le cinéaste Elio Petri qui m’a poussé à accepter. Au bout de trois jours, le tournage a été interrompu. Plus d’argent dans les caisses. Deux semaines après, on repartait grâce à des capitaux venant d’Espagne, où nous sommes allés tourner. » (in “Impact” n° 31, février 1991)


Le film est célèbre pour ses scènes de violence teintées de sadisme : la séance de fouettage, le mouchard dont on coupe l’oreille, les mains de Django écrasées par les sabots des chevaux… « Je me suis amusé comme un fou en tournant ces plans » racontera Sergio Corbucci. « Et puis la vie est violence, donc on ne peut négliger cet aspect de la vie dans les films. Enfin, la violence est action, c’est l’action pure. » (in “La Revue du Cinéma” n° 246, janvier 1971). En 1987, Franco Nero reprendra son rôle dans LE GRAND RETOUR DE DJANGO de Nello Rossati.


Compte tenu des scènes de violence le filma été interdit dans de nombreux pays dont le Royaume-Uni jusqu'en 1993.



Bande annonce Django 1966
Vos commentaires sur le film
+
Référencement Professionel
Retourner au contenu | Retourner au menu