Deux hommes dans l'ouest - Wild West Movies: le cinéma du far-west

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Deux hommes dans l'ouest

Deux hommes dans l'ouest (Wild rovers, 1971)
Votre vote pour le film
Imprimer
Acheter le film en dvd V.O.

DEUX HOMMES DANS L'OUEST


Réalisé par : Blake Edwards
Avec : William Holden, Ryan O'Neal, Karl Malden, Tom Skerritt, Joe Don Baker
scénario : Blake Edwards
photographie : Philip H. Lathrop
musique : Jerry Goldsmith
Film : américain.
Genre : Western
Durée : 2h.
Année de production : 1971
Titre original : Wild Rovers



Résumé du film


Le Montana, dans les années 1880. Ross Bodine, cinquante ans, et Frank Post, vingt-cinq ans, deux vachers, travaillent dans le ranch de Walter Buckman, un gros éleveur de bétail. Un soir, un de leurs collègues est tué par son cheval devenu fou. Chargés par leur patron d'emporter le corps à la ville, ils évoquent en cours de route la dureté de leur travail, mal rémunéré, et la précarité de leur existence. Ils en viennent à évoquer le meilleur moyen d'échapper à cette vie misérable. Le lendemain soir, en ville, ils obligent le banquier à accompagner Ross à la banque pendant que Frank garde sa mère et sa belle-mère en otages. Mais au retour, Ross et le banquier sont attaqués par un couguar qui blesse grièvement un des chevaux. Ross et Frank doivent fuir sur une seule monture. Ne pouvant admettre que deux de ses hommes aient pu commettre un vol, Buckman fait accompagner le shérif et son adjoint par ses deux fils, Paul et John, avec pour mission de lui ramener coûte que coûte les deux fugitifs...



A propos du film

Ce film est un cas, une énigme, un mystère. Il s'agit de l'unique western réalisé par Blake Edwards, le spécialiste de la comédie loufoque, l'homme des Panthère rose et de la Grande course autour du monde. Et ce film, unique incursion de Blake Edwards dans le genre qui nous occupe, est non seulement un de ses meilleurs mais aussi - et surtout - l'un des plus grands westerns de ces dernières années.
Le sujet est également dû à la plume de Blake Edwards et se révèle d'une simplicité déroutante.
Deux cow-boys désargentés rêvent de finir leur vie au Mexique. Complètement inexpérimentés, il commettent un hold-up d'une naïveté confondante. Pourchassés, traqués, ils n'atteindront jamais leur but.

On voit tout de suite ce qui a pu interesser Blake Edwards dans l'histoire qu'il nous conte. Les héros sont deux "paumés", deux "laissés pour compte" qui tentent de se réaliser par le vol, mais ce ne sont pas des criminels endurcis. Ils n'ont ni l'art ni la manière de faire le mal. En outre, ces deux tristes héros ne sont paradoxalement pas des tristes sires. Enthousiastes et débordants d'envies, ils se réjouissent de tout le bien qu'il peut leur arriver avant d'être dans la minute qui suit, anéanti par un destin contraire.
La peinture de ces deux anti-hors-la-loi se double de celle d'une époque et de ses moeurs. Les autres se conduisent avec nos deux héros comme s'ils avaient assassiné père et mère. La chasse à l'homme, sous jacente durant tout le film, est conduite au pas de charge par un Karl Malden, plus tyrannique et obtus que jamais, puis ensuite par ses fils, qui vont alors agir plus par fidélité au souvenir du père que par véritable conviction personnelle.
Blake Edwards nous présente tout cela avec vérité, avec réalisme mais surtout avec une nostalgie et une sincérité qui ne forcent pas l'émotion, comme l'on dit trop souvent mais, au contraire, la créent. Jamais peut-être, nous ne reverrons des personnages de western aussi profondément attachants que ceux du film d'Edwards, sans doute parceque les westerns se font rares et que ce sont eux qui véhiculent le mieux toutes les passions - bonnes ou mauvaises - que drainent les hommes.
Il va sans dire que ce film mémorable est aussi un grand film d'action où Edwards se révèle un maître du rythme (ce que l'on savait par ses comédies) et un expert dans la manière de capter les paysages (ce qui était moins évident à démontrer en ce qui le concerne).
Il va sans dire également - mais il va tout aussi bien en le disant - que William Holden et Ryan O'Neal sont parfaits et complémentaires dans leurs rôles de perdants désabusés.



Acheter le film en dvd

Wild Rovers [Import USA Zone 1]

<Précédent - Suivant>


Anecdotes

Blake Edwards avait, en 1948, commencé sa carrière de producteur-scénariste avec deux westerns de catégorie B réalisés par Lesley Selander : Le Justicier de la Sierra (Panhandle) et Panique sauvage au far-west (Stampede). Toutefois, ce n'est que tardivement, à près de cinquante ans, qu'il aborda en tant que metteur en scène le genre, quand celui-ci, entré dans sa phase crépusculaire depuis bientôt dix ans, était moribond. Son western apparaît donc comme un adieu au genre. Malheureusement, le montage définitif échappa à Blake Edwards, obligé par contrat de commencer le tournage d'OPÉRATION CLANDESTINE. la M.G.M. réduisit la durée initiale qui était de 132 minutes au départ en coupant des scènes - dont certaines figurent dans la version exploitée à l'étranger - et, d'autre part, ajouta des effets de ralentis dans les scènes d'action (le dressage du cheval sauvage, le combat entre éleveurs, la fusillade dans le saloon).




Extraits du film en V.O.



Vos avis sur le film
 
+
Référencement Professionel
Retourner au contenu | Retourner au menu