Cinq cartes à abattre - Wild West Movies: le cinéma du far-west

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Cinq cartes à abattre

Cinq cartes à abattre (Five card stud, 1968)
Votre appréciation du film
Imprimer
Acheter le film en dvd sur Amazon

CINQ CARTES À ABATTRE


Réalisé par
: Henry Hathaway
Avec : Dean Martin, Robert Mitchum, Inger Stevens, Roddy McDowall, Katherine Justice, John Anderson, Ruth Springford, Yaphet Kotto, Denver Pyle, Bill Fletcher, Whit Bissell, Ted de Corsia, Don Collier, Roy Jenson, Louise Lorimer
Pays : Etats-Unis
Genre : Western
Durée : 1h 43min.
Année : 1968
Production: Paramount
Titre original : Five Card Stud



Résumé du film

1880. Rincon, petite ville au Colorado vit à l’heure des prémices de la grande ruée vers l’or. La nuit tombée, dans le calme d’une arrière-salle de saloon, une partie de poker réunissant 7 personnes s’achève en tragédie : un tricheur est lynché par ses partenaires de jeu, mené par le jeune et cruel Nick Evers (Roddy McDowall). L’un d’entre eux, le joueur professionnel Van Morgan (Dean Martin), ayant tenté de s’opposer à ce lynchage, est assommé et laissé pour mort. La vie reprend son cours à Rincon, la police ayant d’autres crimes à élucider que de se lancer à la poursuite des assassins de ce tricheur inconnu. De son côté, Van Morgan part habiter et exercer son talent à Denver où il pense gagner plus d’argent. A Rincon, un nouveau filon d'or est découvert. Bientôt, on découvre deux hommes mystérieusement abattus, deux hommes qui faisaient partie du groupe de lyncheurs. Dans le même temps arrive en ville, (pour remettre dans le droit chemin les brebis égarées par l’attrait maléfique de l’or), Jonathan Rudd (Robert Mitchum), un pasteur sachant aussi bien manier sa bible que son "six coups". Etrangement, les uns après les autres, tous les membres présents autour de la table de jeu lors de la fameuse soirée se font ‘descendre’. La tension monte en ville, les mineurs prenant peur et souhaitant que la sécurité revienne au plus vite. Pour ce faire, ils décident dans un premier temps de renverser le shérif qu’ils trouvent trop laxiste, ce qui n’ira pas sans un bain de sang, les esprits étant bien trop échauffés. Les cadavres continuent de s’accumuler. Van Morgan est de retour en ville afin de dénicher le coupable avant que ce dernier ne le trouve le premier…



A propos du film

Curieux western que celui-ci. Hathaway, cinéaste et même spécialiste de l'action et du mouvement, nous trousse ici un remarquable film policier sur fond de saloon. Le Far-West revisité par Agatha Christie. L'atmosphère de mystère et de suspense s'allie parfaitement avec les décors des maisons de bois du vieil Ouest et les ombres qui se profilent le long des abreuvoirs à chevaux sont tout aussi inquiétantes que dans les meilleurs "polars" contemporains. Mitchum fait une composition saisissante en pasteur assassin qui rappelle celle de La nuit du chasseur de Laughton et Dean Martin, en justicier, nous fait regretter qu'il ne soit pas mieux employé ailleurs.



Acheter le film en dvd

Cinq cartes à abattre





<Précédent - Suivant>



Lieux de tournage :
Durango, Mexique

La musique du film :

"5 Card Stud
"
Paroles de :
Ned Washington
Musique de :
Maurice Jarre
Interprété par :
Dean Martin

Dean Martin
et Robert Mitchum sont les deux têtes d'affiche de Cinq cartes à abattre. La même année (1968), Dean Martin, qui chante la ballade du générique, est apparu dans un autre western Bandolero !. Le rôle peu banal de Robert Mitchum en tant que prêtre cachant un revolver dans une bible, est très similaire à celui de La Nuit du chasseur. C'est le second et dernier film qu'il tourne avec Henry Hathaway après La Sorcière blanche, un an plus tôt il avait incarné un ivrogne dans El Dorado, rôle semblable à celui de Dean Martin dans Rio Bravo, réalisé par le même cinéaste dix ans plus tôt.

Henry Hathaway
s'est acheminé vers la retraite avec une série de westerns traités sur le mode mineur, mais où ses anciennes préoccupations prennent l'aspect de ballade comme Cinq cartes à abattre, et Quand siffle la derniere balle. On retrouve dans ces films un certain lyrisme des paysages et un goût pour les plans plutôt que pour les scènes.

Avec Cinq cartes à abattre
, Henry Hathaway signe un western qui s'éloigne des figures imposées du genre. L'univers est ici plus proche du film policier que du western.

Comme c'est souvent le cas dans les films d'Henry Hathaway
(Niagara, Le Plus Grand Cirque du monde), les rôles féminins ne sont pas oubliés dans un univers très machiste à l'image de Inger Stevens propriétaire d'un salon à barbe bien particulier.

Si le thème de la vengeance est au coeur de l'action, la manière de l'exploiter est novatrice. Le spectateur assiste à une sorte de "polar", les joueurs d'une partie de poker ayant mal tourné, sont un à un mystérieusement assassinés.

L'actrice Inger Stevens
devait tourner là un de ses derniers films, elle se suicide en 1970, à l'âge de 36 ans. Elle a tourné dans 13 films de 1957 à 1969.

Cinq cartes à abattre
est une oeuvre à l'atmosphère sombre et oppressante, les meurtres ou la découverte des corps étant d'ailleurs graphiquement osés pour l'époque. En fait, Henry Hathaway se rapproche ici du western européen, alors très en vogue à l'époque.

Le tournage de Cinq cartes à abattre
, est entièrement réalisé dans une ville-studio, proche de Durango au Mexique.

Cinq cartes à abattre (Five card stud, 1968) Bande annonce V.O.
Vos commentaires sur le film cinq cartes à abattre
 
+
Référencement Professionel
Retourner au contenu | Retourner au menu