Ceux de Cordura - Wild West Movies: le cinéma du far-west

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Ceux de Cordura

Ceux de Cordura (They came to cordura, 1959)
Galerie photos
Votre appréciation du film
Imprimer
Contact



CEUX DE CORDURA


Réalisateur : Robert Rossen
Acteurs : Gary Cooper (Major Thomas Thorn), Rita Hayworth (Adelaide Geary), Van Heflin (Sergent John Chawk), Tab Hunter (Lieutenant William Fowler), Richard Conte (Caporal Milo Trubee), Michael Callan (2ème classe Andrew Hetherington), Dick York (2ème classe Renziehausen), Robert Keith (colonel Rogers), Carlos Romero (Arreaga), James Bannon (capitaine Paltz), Edward Platt (colonel DeRose), Maurice Jara (fédéral mexicain), Sam Buffington (M. Kinglake, correspondant du New York World), Arthur Hanson (M. Dyson, correspondant du Sun).
Scénario : Ivan Moffat, Robert Rossen - D'après le roman de Glendon Swarthout
Photographie : Burnett Guffey - CinemaScope Couleur (Eastmancolor) - Son : Mono (RCA Sound Recording)
Musique : Elie Siegmeister
Montage : William A. Lyon
Décors : Cary Odell et Frank Tuttle
Costumes : Jean Louis
Direction artistique : Cary Odell
Production : William Goetz
Maisons de production : Baroda Productions et Columbia Pictures
Distribution : Columbia Pictures
Pays : États-Unis
Année : 1959
Genre : Western
Durée : 2 Heures 03 minutes (3.370 mètres)
Titre original : They came to Cordura



Résumé du film

Fin 1916, des escarmouches ont lieu à la frontière mexicaine entre l’armée américaine et des groupes de révolutionnaires. A la veille de l’entrée en guerre en Europe, le major Thorn (Gary Cooper) a pour mission de distinguer, sur le terrain, cinq soldats pour leur bravoure au combat. Le colonel Rogers (Robert Keith) sait que Thorn a flanché lors d’une bataille, mais veut l’aider à se racheter. Une fois les cinq hommes choisis, Thorn doit les ramener pour recevoir la médaille d’honneur du Congrès, en compagnie d’une américaine (Rita Hayworth) accusée d’aide aux Mexicains. Au cours de leur longue route, les héros vont montrer un autre visage, alors que Thorn tâche de mener sa mission sans faillir cette fois.



A propos du film

Décrié par certains pour son ton loin de celui des westerns habituels, "Ceux de Cordura" apparait pourtant encore aujourd'hui comme une oeuvre majeure, un sommet d'intelligence et de réflexion. Loin de présenter les personnages lisses et héroïques correspondant le plus souvent au genre, Robert Rossen préfère au contraire poser des questions d'une grand pertinence, sans toutefois jamais dénigrer le rythme ou l'action de son film. Ainsi, nous avons à un film âpre, violent (mais particulièrement dans sa présentation des personnages), mais qui échappe pourtant à toute lourdeur, nous offrant même des dialogues d'une grande intensité. Gary Cooper se révèle quant à lui remarquable et obtient sans doute un de ses plus grands rôles (ou en tout cas l'un des plus intéressants), soutenue par une Rita Hayworth qui aura rarement été aussi inspiré. On pourra alors toujours regretter une fin un peu lourdaude, mais qu'importe : le résultat est en définitive impressionnant et particulièrement marquant : une oeuvre majeure.



Acheter le film en dvd

Ceux de Cordura






<Précédent - Suivant>




Anecdotes autour du film



Dick York alias Renziehausen s'est gravement blessé au cours du tournage de Ceux de Cordura . Durant une scène où l'acteur devait soutenir le chariot d'un train, les câbles ont accidentellement lachés. Résultat : des dommages irréversibles de la colonne vertébrale et des vertèbres lombaires. Quatre ans plus tard, Dick York devient une star populaire en incarnant Jean-Pierre Stevens dans la série Ma sorcière bien-aimée aux côtés d'Elizabeth Montgomery . Mais ses problèmes de santé le contraignent à quitter définitivement la série en 1969.


Rossen tenait beaucoup à ce film, mais il ne put le tourner comme il le voulait. Il en racheta les droits pour le remonter mais la mort l'empêcha de réaliser ce projet qui lui tenait tant à cœur. Il s'agissait de son septième long métrage,  il en tournera encore deux autres


C'est le quatre-vingtième film de Gary Cooper (qui aurait dû mourir à la fin!) déjà très marqué par la maladie. Il devait tourner encore deux films avec le cinéaste anglais Michael Anderson : CARGAISON DANGEREUSE (1959) et LA LAME NUE (1961). Opéré d'un ulcère à l'estomac en 1960, il meurt le 13 mai 1961.


Le film a été assez mal accueilli à sa sortie, nombreux le jugeant anti-patriotique, car remettant en cause certaines valeurs essentielles de l'armée, telle que la bravoure.


Le film en V.O. Ceux de Cordura (They came to cordura, 1959)
+
Référencement Professionel
Retourner au contenu | Retourner au menu